Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Ici, Ou Là-Bas Bien Plus Loin


Ici Ou Là Bas Bien Plus Loin

Depuis la plus tendre enfance, aussi loin qu’il puisse s’en souvenir et durant toute son adolescence, il a vécu dans une douce mélancolie qui n’avait pas de nom.

Ayant grandi ainsi dans son petit monde, tel un marginal hors du temps, il se sentait foncièrement différent, et étranger de tous ceux qu’il côtoyait quotidiennement.

Effacé, dans un coin, au fonds d’une salle de classe, ou ailleurs à tout autre endroit, mais pas bien visible, il n’était jamais dans la lumière, ni aux premiers rangs.

Le plus souvent noyé dans ses rêveries, il était sans nul doute, à la fois, triste et heureux de se sentir ainsi.

Là où beaucoup s’agitaient, riaient ou s’amusaient, lui était en retrait, simple spectateur d’un monde qui n’était pas le sien.

Depuis le grand exode, de la terre natale, la vie coutumière s’est brutalement interrompue.

Adieux, Départs, séparations, familles écartelées, compagnons dispersés, son monde s’est défait, le vide s’est créé, la rêverie s’est brisée, le livre s’est fermé…..

Ici, ou là-bas bien plus loin, d’une rive à l’autre, d’un pays à l’autre, jamais il n’a pu trouver, une belle Terre, une bonne Mer, une seule et vraie place.  

Depuis l’exode, bien des années sont passées, mais la paix l’a déserté à tout jamais. Ses parents se sont éteints, les amis dispersés ont fui, ou sont partis pour le pays d’ici, ou d’autres rives, il ne sait où. 

Il a cherché, et recherche encore aujourd’hui, un havre de paix, pour oublier le temps de l’adolescence volée, et apaiser un esprit tourmenté par les regrets, et remords de sa petite vie d’après.

Partir encore, mais où aller, quand ayant déjà vécu ici, et ailleurs là-bas bien plus loin, d’un pays à un autre, et d’une région à l’autre, il n’a jamais pu trouver sa place, ni la joie de vivre?

À présent, le cercle se resserre autour de lui, combien de temps reste-t-il encore, pour redécouvrir la Paix tant espérée de l’esprit

Le temps est court, l’âge vite avance, le pas ralentit, le chemin étroit se rétrécit davantage, l’horizon visible s’assombrit, mais lui n’a pas changé.

Immergé dans le mal-être, la volonté vacille, ne sachant que faire, et vers où se diriger, il s’interroge toujours sur le «devenir».

Pourra-t-il enfin s’arrêter, avant que la nuit ne tombe sur lui?




Aron O’Raney
Samedi 2 janvier 2016