Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

À La Découverte De Soi


À La Découverte De Soi

On arrive au désert
Le jour
Où on découvre
Qu’on y a toujours été

Ce qui nous cachait le désert?
Un certain confort
Un certain oubli

Mais il était là
Fidèle, tenace
Il n’y avait que des illusions
À perdre
Quelques honorabilités.

On se découvre soi-même 
Le jour où on se découvre 
Comme ayant toujours été 
Découvert...

Le Roi a toujours été nu 
Sous ses armures.
On ne se couche pas deux fois
Sur la même dune

Il n’y a que de l’« En-train d’Être »
Le langage immobilise ou découpe
Un moment de cet « En-train »

Il manque sans cesse le Réel
Qui est mouvement 
Coup de sang dans l’homme 
Coup de vent dans les sables 

Ne parle pas de l’eau de ta carafe 
Comme d’un grand fleuve bois
Et souviens-toi de ce qui ruisselle.

Le mot désert immobilise
Ce que le monde est en train de devenir
Ou ce qu’il était avant.

Le mot désert
Se souvient ou plutôt prophétise
Le Néant d’où vient et où va l’être 

On ne se baigne pas deux fois
Dans le même livre 
Lisez-le d’un œil humide 
Puis d’un œil sec 
Puis lisez-le 

Il y aura d’autres rives 
Il éveillera d’autres sens


Extrait de « Déserts, Déserts » 
Espaces Libres — Éditions Albin Michel

 
Jean-Yves Leloup


Aron O’Raney