Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Naissance De L’ordre Des Pauvres Chevaliers Du Christ Et Du Temple De Salomon,



les chevaliers de l'Ordre du Temple


L'ordre du Temple est un ordre religieux et militaire fondé en 1119 en Terre Sainte après la premiére Croisade, à l'initiative du chevalier champenois Hugues de Payns aidé de quelques preux chevaliers.

Le roi de Jérusalem Baudoin II les autorise à installer leur siège sur l'emplacement de la mosquée Al-Aqsa actuelle, où était anciennement situé le temple de Salomon, d'où leur patronyme.


La mission initiale de l'Ordre du Temple a pour objectif de défendre la chrétienté sur les terres d'Orient : 
— assurer la garde des Lieux Saints de Palestine, — protéger les nombreux pèlerins et les routes menant à Jérusalem, notamment celles situées entre Haïfa et Césarée de Palestine à la forte dangerosité.
En 1097, la première croisade menée par Godefroy de Bouillon, Robert de Flandre et Bohémon de Tarente est lancée par le Pape Urbain II. 
En 1099, Jérusalem tombe. Godefroy, ne se sentant pas digne de porter une couronne dans la ville où le Christ fut crucifié, prend le titre d’« Avoué du Saint-Sépulcre ».

En 1100 Godefroy de Bouillon meurt et Baudoin de Boulogne, son frère, est sacré Roi de Jérusalem.

En 1118, Baudoin II est sacré Roi de Jérusalem. 

La même année, neuf chevaliers français, avec à leur tête Hugues de Payns, arrivent à Jérusalem où ils se présentent à Baudouin II.

Ils sont reçus dans l’enceinte du Temple du Roi Salomon.
On déplace d’ailleurs les chanoines du Saint-Sépulcre pour l’occasion. 

Devant le Patriarche de Jérusalem (Garimond), ils prêtent les trois voeux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance...

Après la fondation du royaume chrétien de Jérusalem par Godefroy de Bouillon et ses croisés, 9 chevaliers français décidèrent donc de s'installer, en 1118, en terre sainte dans le but de créer un ordre à la fois monastique et militaire.
Le 27 décembre 1118, le jour de la Saint-Jean l’Évangéliste, les neuf chevaliers : « Hugues de Payns, Geoffroy de Saint-Omer, André de Monbard, Payen de Montdidier, Archambaud de Saint Aignan, Geoffroy Brisol, Hugues Rigaud, Rossal et Gondemare » se réunissent à l’emplacement du Temple de Salomon où ils fondent l’Ordre des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon. 

Devant le patriarche chrétien de Jérusalem, les neuf firent vœux de chasteté, pauvreté et obéissance. Voilà qui font d'eux des religieux bien qu'ils n'en avaient pas l'habit. Étant des soldats, ils s'occupent de la sécurité des routes menant à Jérusalem.

L’Ordre des Templiers vient de naître. Leur mission ultime est de protéger les routes pour les pèlerins en Terre Sainte. 

De 1118 à 1127, pendant 9 ans, les Templiers s’organisent, mais bizarrement eux qui se voulaient protecteurs des pèlerins, ne participent à aucune bataille. 

Leur seule occupation fut de rénover les écuries souterraines du Temple.

En 1120, Baudoin II donne l’ensemble du palais du Temple aux Templiers. Pendant la même période, l’Ordre du Temple recrute des écuyers et des sergents d’armes.

En 1126, le comte Hugues de Champagne entre dans l’Ordre, apport d’importance puisqu’il est un grand ami de Bernard de Clairvaux, dont l’autorité est immense dans les milieux ecclésiastiques.

En 1127, Baudoin II envoie Hugues de Payns et certains de ses compagnons en Europe.

Le pape Honorius II les reçoit.


Des contacts sont engagés avec Bernard de Clairvaux qui va organiser le Concile qui doit donner en parallèle une existence légale à l’Ordre.

Le 14 janvier 1128, le Concile de Troyes, réuni dans la cathédrale de Troyes, sous l’impulsion de Bernard de Clairvaux, dote officiellement la nouvelle congrégation des « Règles de l’Ordre ».

En fait, celle-ci ne fait qu’approuver une règle qui préexistait. Cette règle, rédigée en latin, comporte 68 articles et subordonne le Temple à l’autorité du Patriarche de Jérusalem...

L'ordre prend de l'ampleur et parmi les 9 fondateurs Hugues de Payns est élu chef.

10 années après la fondation, on pouvait déjà dénombrer 300 chevaliers du Temple, commandant une milice de trois mille hommes.

Il faut noter que parmi eux il n'était pas rare de répertorier des excommuniés désireux de se réhabiliter ou de se faire oublier.

Vivant exclusivement de dons, on leur donna le nom de « pauvres chevaliers du Christ ».

Ce furent les Cisterciens qui guidèrent les premiers pas de l'ordre du Temple et notamment le soutien accordé par leur chef Saint-Bernard que l'on surnommait l'« arbitre des Rois et des Papes » tant son influence était grande.

Il permit à l'ordre du Temple d'obtenir la reconnaissance officielle par le pape Honorius II.

Le 29 mars 1139, Innocent II émet la bulle pontificale « Omne Datum Optimum », source de tous les privilèges de l’Ordre. Le but de celle-ci est de doter le Temple de chapelains pour le service religieux et par là, de l’affranchir des juridictions épiscopales.

L’Ordre est dès lors directement sous la coupe de l’autorité du Pape, laissant ainsi au Maître et à son chapitre une liberté presque absolue. En outre, les Templiers se voient donner le privilège, par ailleurs, de percevoir les dîmes.


« Nous vous exhortons à combattre avec ardeur les ennemis de la croix, et en signe de récompense. Nous vous permettons de garder pour vous tout le butin que vous aurez pris aux Sarrasins, sans que personne ait le droit de vous en réclamer une part. 

Et nous déclarons que votre maison, avec toutes ses possessions acquises par la libéralité des princes, demeure sous la protection et la tutelle du Saint-Siège ».

En 1146, le Pape Eugène III leur octroie la mythique tunique blanche ornée à l’épaule de la croix pattée rouge comportant quatre branches égales.
La tenue des chevaliers devint alors un blanc-manteau frappé d'une croix rouge sur le cœur. À partir de ce moment, l’Ordre ne cessera de grandir et bientôt, il possède des commanderies dans toute l’Europe aussi bien qu’en Palestine.
L’Ordre affrète sa propre flotte basée à La Rochelle. De là, partaient les navires à destination du Levant et c’est dans ce port qu’arrivaient les navires en provenance d’Angleterre et de Bretagne.
Pendant le XIIe et le XIIIe siècle, l’histoire du Temple se confond allègrement avec l’histoire des Croisades.
Le Baucéant : 

L’étendard des Templiers, est souvent nommé Baucéant. Il est décrit comme suit : « Il est d'argent au chef de sable, à une croix de gueules passant ».

L'argent est signifié par la couleur Blanche. Le sable correspond au noir. Les gueules correspondent à la couleur Rouge. (Le gonfanon recevra sa croix pattée de rouge en 1145 des mains du Pape Eugène III).

Le blanc du Baucéant symbolise la Franchise mutuelle et la Bienveillance envers les amis, le noir présage des guerriers terribles pour les ennemis qui se dresseront devant ces moines-soldats !
Mais, selon l'érudit Probst-Biraben, le blanc et noir pourraient plutôt suggérer la lumière et les ténèbres.
Sceau du Temple :
L'un des plus célèbres est celui du 19e Maître du Temple Rainaldus de Vicherio, montrant deux cavaliers sur un même cheval : sa signification pose une énigme, car la règle du Temple interdit que deux hommes chevauchent sur une « même beste ».




Source: pauvreschevaliersduchrist.com



Billet proposé par Aron O’Raney