Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Le Sikhisme, Une Religion De l’Inde


Crédit photo — Pascal Lautier

Le Sikhisme, Une Religion De L’Inde Affirmant L’existence D’un Seul Dieu Créateur, Et Rejetant Les Castes Hindoues.

Le Sikhisme est la cinquième religion au monde en nombre de pratiquants, après le Christianisme, l’Islam, l’hindouisme, et le bouddhisme. L’enseignement sikh est apparu au XVIe siècle au nord-ouest de l’Inde, à l’intérieur du courant hindouiste de la « Bahkti » dévotion. 

Son inspirateur, Gurû Nânak (1469-1539), est né près de Lahore, dans l’actuel Pakistan, issu d’une famille hindoue de la caste marchande, il découvre très jeune l’enseignement du poète musulman Kabîr. 

Après une révélation spirituelle de « Waheguru » Dieu, Nânak prêche la tolérance et enseigne que la religion doit unir tous les hommes. Il voyage ensuite dans toute l’Inde, au Népal, Tibet, et au Sri Lanka, puis se rend à La Mecque, en Perse et en Afghanistan. 

À son retour, Gurû Nânak fonde « Kartarpur » la Ville du Créateur. 

« Il n’y a ni hindou ni musulman », répète-t-il, et à ceux qui demandent comment se définir, il répond : « Vous êtes des disciples » c’est ainsi que le mot Sikh d’origine sanscrite, signifiant disciple s’est fait connaitre.

Véritable enseignement spirituel, né à l’intérieur du courant hindouiste de la « Bahkti » la dévotion, le Gourou rassemble autour de lui, des disciples n’adorant qu’un Dieu suprême unique et absolu qui représente la Vérité. 

Un dieu créateur à l’origine de l’espèce humaine, sur Terre non à la suite d’un péché originel, mais pour « Se Réaliser » à l’aide des préceptes Sikhs. 

Le Sikhisme c’est plus de Vingt millions de pratiquants; aucune différentiation de race, nationalité, de caste ou de sexe, la religion se caractérise par une lutte contre discriminations raciales et sociales.


 Temple D’or À Amritsar, En Inde, Centre Spirituel Du Sikhisme. (Ap Photo/Sanjeev Syal)

Les Sikhs ont les cheveux enveloppés dans un turban, et une longue barbe signifiant leur résistance aux persécutions des musulmans et des hindous au XVIIe siècle. Ils se distinguent souvent aussi par leurs noms : « Singh » lion pour l’homme, et « Kaur » princesse pour la femme. 

Avant sa mort Nânak avait désigné son successeur, le Gurû Angad (1538-1552). Le cinquième Gurû, Arjun Dev (1581-1606) a élaboré « l’Adi Granth » le livre sacré des Sikhs, en hindi ancien, C’est lui aussi qui fit édifier le « Temple d’Or » à Amritsar, devenu le haut lieu du Sikhisme.

Véritables Guides Spirituels, Neuf Gurûs Ont Succédés À Nânak, Pour Mener La Communauté Jusqu’en 1708. 

Le dixième et dernier Gurû, Gobind Singh (1666-1708), a introduit le rite initiatique garantissant l’entrée dans le « khalsa » des purs. 

Il imposa la règle des « Cinq K » : Le « Kirpan » port de la dague à double tranchant, Le « Kesha » port permanent du Pagri le turban enveloppant les cheveux, Le « Kangha » le peigne, Le « Kara » le bracelet d’acier, et Le « Kaccha » le caleçon court. 

Du XVIIIe Siècle Jusqu’à L’indépendance De L’Inde En 1947, L’histoire De La Communauté Sikhe Est Marquée Par Les Révoltes Et Les Conflits Armés. 

À la fin du XVIIe siècle, les sikhs étant persécutés par les Moghols, le pacifisme qui était la règle sous le Gurû Nânak fit place à l’engagement armé. « Lorsque tous les autres recours sont épuisés, il est parfaitement juste de tirer l’épée », disait le Gurû Gobind Singh.

Après des victoires, l’engagement armé conduit à la défaite contre les Moghols en 1716, et au retrait dans les monts du Pendjab. Un état indépendant Sikh voit le jour en 1799, grâce notamment au Maharaja Ranjit Singh (1780-1839), cet état n’existera qu’un demi-siècle, jusqu’à son annexion par les Anglais en 1849. 

En 1919, les Anglais commettent l’irréparable, en massacrant des fidèles dans le Temple d’Or, haut lieu du Sikhisme, ils contraignent les Sikhs à mettre un terme à leur coopération. 

Les persécutions s’accentuent durant la guerre d’indépendance de l’Inde et de nombreux Sikhs furent exécutés, emprisonnés ou torturés. 

En 1947, l’Inde accède à l’indépendance et la partition de l’Empire n’épargnera pas le territoire Sikh et le Pendjab, divisés entre l’Inde et le Pakistan. 

En 1966, le Pendjab indien est de nouveau parcellé en trois États : l’Himachal Pradesh, et l’Haryana où l’on parle hindi, et le Pendjab, majoritairement Sikh où l’on parle pendjabi. Le Pendjab et l’Haryana ont alors pour capitale désignée Chandigarh, mais cette Ville ne fait partie d’aucun de ces deux États.

En 1970, Depuis ces années une fraction fondamentaliste réclame la création d’un État Sikh théocratique, ce qui amène en 1984 le massacre d’extrémistes dans le Temple d’Or par l’armée indienne. 

En représailles, deux sikhs des gardes du corps de Indira Gandhi assassinent le premier ministre, et il s’ensuit à Delhi, un massacre de sikhs faisant trois mille victimes.

La Spiritualité Sikh

La religion Sikhe est strictement monothéiste, elle se rapproche de l’hindouisme en ce qui concerne pour l’essentiel les théories du Karma et de la Transmigration des âmes. 

Le Sikh croit en un Dieu éternel, le créateur, immanent et transcendant, et la religion l’invite à mener une vie intègre et honnête.

Ce mode de vie sain, en accord avec l’enseignement implique le renoncement à la consommation de viande, d’alcool, de tabac et aux jeux de hasard, pour sortir du cycle des réincarnations, et atteindre « Mukti » la libération.

Les fêtes Sikhes commémorent la naissance et la mort des Dix Gurûs, elles perpétuent aussi la création de l’ordre chevalier des « Khalsa » les êtres purs, et rassemblent tous les Sikhs, hommes et femmes initiés.

En menant une vie de partage et d’échange, le Sikh espère atteindre le but suprême de son existence, devenir « Sachiar » c’est à dire se « réaliser par soi-même ». 

Le Sikh médite sur la Parole de Dieu, présent en toutes choses. « Je suis Lui, moi-même je suis Dieu ». 

Les Sikhs Dans Le Monde

Trente Millions De Sikhs Dans Le Monde, Et Plus D’Un Million En Europe.

La majorité des Sikhs se trouve aujourd’hui au Pendjab, sur leur terre d’origine, et aussi dans la région de Delhi, en Inde où l’on estime la population Sikhe à quelque vingt millions de personnes, soit environ 2 % de la population indienne.

L’on trouve les Sikhs au Pakistan, Canada, Australie, à Singapour, au Kenya, en Indonésie et en Europe. À noter au Royaume-Uni une communauté forte de cinq cent mille Sikhs, et aux États-Unis une population avoisinant Un million de personnes.



Sources documentaires : wikipedia.org — sikhsdefrance.fr‎
La Croix.com, Claire Lesegretain — Le Journal International.fr, Laure Curien



Aron O’Raney