Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Maitrise De Soi



Il Faut Que L’aspirant Apprenne À Demeurer Conscient De L’espace Existant Entre Lui Et Une Personne Ou Un Objet, Ce Qui L’aidera À Ne Pas S’identifier À Ce Que Ses Yeux Voient.

Il disposera alors d’une meilleure chance de rester distant de lui-même et non impliqué avec la personne ou la chose qui se trouvent en face de lui.

De plus, pendant qu’il est en train de regarder cette personne ou cet objet, il lui faut toujours essayer d’englober, du coin des yeux, tous les autres objets ou personnes qui entourent ce qu’il est en train de regarder, et ceci, à la fois simultanément ainsi que dans la durée.

Il verra que, s’il arrive à maintenir cet effort subtil d’élargissement de sa perception, une expansion très particulière de sa conscience commencera à s’effectuer en lui, avec également une diminution, ou même, un arrêt total de ses pensées. 

Cette manière de contempler ce qui se trouve devant lui s’accomplira sans qu’interviennent le pour et le contre qui surgissent en lui habituellement, et que, la plupart du temps, il ne remarque pas. 

Ce Sont Le Pour Et Le Contre Qui Sont Sources De Souffrance Chez L’être Humain.

Partout où l’aspirant tourne son regard, il lui faut veiller à saisir simultanément et dans la durée tout ce qui se trouve autour de la personne ou de l’objet sur qui ses yeux se posent. 

Cet effort particulier aura pour résultat un effet psychique, à la fois thérapeutique et libérateur. 

Le chercheur va constater qu’aussitôt qu’il perd cette expansion de sa conscience (qui est tellement importante pour son épanouissement spirituel), sa vision se rétrécit à nouveau, et il recommence à voir ce qui se présente à lui d’une manière vague

Il est emporté et redevient, en peu de temps, absent à lui-même, enfermé dans son petit monde étroit et coutumier. 

De surcroît, il doit se souvenir que, comme deux pensées ne peuvent coexister en lui simultanément, S’il veut chasser une pensée défavorable ou avilissante, Il lui faut la remplacer par une pensée plus élevée et s’accrocher sans cesse à cette dernière.



Extraits de « La Quête Suprême »  
— Éditions Guy Trédaniel —



Salim Michaël



Billet Proposé Par Aron O’Raney