Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

La Vraie Religion

La Religion Est Une Affaire D’expérience. Le Fait D’adhérer À Une Église, À Un Credo Ou À Une Secte Ne Donne Pas Cette Expérience. 

On ne peut l'acquérir non plus en lisant un grand nombre de livres sacrés. On ne peut atteindre cette expérience en observant des rites, des cérémonies, des adorations ou des cultes. 

La Réalisation Spirituelle Est Une Question D’effort Et De Lutte Individuels. 

C'est seulement la purification du cœur et l'illumination de l'intellect qui peuvent l'élever du plan humain vers le plan divin.

L'homme qui a une vraie religion, lorsqu'il est sur la voie, est surtout préoccupé par sa propre lutte pour la paix et la libération. Il livre un combat constant et soutenu aux ennemis qui sont en lui et qui lui barrent la route vers le royaume de Dieu. 

Son seul et unique but est de vivre entièrement dans la vie et la lumière divines. 

Il conserve et concentre tous les pouvoirs de sa compréhension, de son cœur et de ses activités à la réalisation de cet état suprême. Jusqu'à ce qu'il ait atteint le but, il se refusera naturellement à prêcher aux autres les grandes vérités de l'expérience spirituelle. 

On Ne Peut Communiquer Aux Autres L’esprit De Vérité Tant Qu’on N’en A Pas La Connaissance Et L’expérience Parfaites.

La vraie religion est une religion d'amour, basée sur une connaissance et une perception nettes de l'unité de toute vie et de ses expressions variées. 

Le but spirituel est la prise de conscience de notre immortalité. Ici l'amour travaille avec une vision si vaste qu'il détruit toutes les barrières de caste, de croyance et de couleur. 

Il contemple le Bien-Aimé éternel de son cœur, qui est venu se manifester dans tous les Êtres et toutes les créatures. 

Cet amour refuse de se laisser imposer des bornes ; il coule avec une force si irrésistible qu'il détruit toutes les frontières.


Un Extrait de « Présence de RÂM »



Swâmi Ramdâs (1884 — 1963)



Billet Proposé Par Aron O’Raney