Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Le Bon Samaritain



« C’est Là Mon Bien-Aimé, C’est Là Mon Ami, Filles De Jérusalem » (Ct 5,16). 

L'Épouse du Cantique montre celui qu'elle cherchait en disant : 

« Voici celui que je cherche, celui qui pour devenir notre frère est monté du pays de Juda.

Il est devenu l'ami de celui qui était tombé aux mains des brigands : 

— il a guéri ses plaies avec de l'huile, du vin et des pansements

— il l'a fait monter sur sa propre monture

— il l'a fait reposer dans l'hôtellerie

— il a donné deux pièces d'argent pour son entretien

— il a promis de donner à son retour ce qui aurait été dépensé en plus pour accomplir ses ordres ». 

Chacun de ces détails a une signification bien évidente.
Le docteur de la Loi tentait le Seigneur et voulait se montrer au-dessus des autres; dans son orgueil il faisait fi de toute égalité avec les autres, disant : 

« Qui est mon prochain? » 

Le Verbe alors lui expose, sous forme d'un récit, toute l'histoire sainte de la miséricorde : 

il raconte la descente de l'homme, l'embuscade des brigands, l'enlèvement du vêtement incorruptible, les blessures du péché, l'envahissement par la mort de la moitié de notre nature (puisque notre âme est restée immortelle), 

Le passage inutile de la Loi (puisque ni le prêtre ni le lévite n'ont soigné les plaies de celui qui était tombé aux mains des brigands).

« Il était en effet impossible que le sang des taureaux et des boucs efface le péché » (He 10,4); seul pouvait le faire celui qui a revêtu toute la nature humaine -- des Juifs, des Samaritains, des Grecs — en un mot, de toute l'humanité. 

Avec son corps, qui est la monture, il s'est rendu dans le lieu de la misère de l'homme. 

Il a guéri ses plaies, l'a fait reposer sur sa propre monture, et il a fait pour lui de sa miséricorde une hôtellerie, où tous ceux qui peinent et ploient sous le fardeau trouvent le repos (Mt 11,28).


Homélie 15 sur le Cantique des Cantiques; PG 44, 1085-1087
 (trad. Canevet, Cerf 1992, p. 194) 



Saint Grégoire de Nysse (v. 335-395), 
Moine et Évêque 



Billet Proposé Par Aron O’Raney