Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Que Nous Manque-t-il ?



Maintenant, Remarque Quelle Délicieuse Et Merveilleuse Vie Nous Avons « Sur La Terre », « Comme Au Ciel », C’est-À-Dire En Dieu Lui-Même

Tout Ennui Nous Devient Agrément Et Toute Souffrance Se Change En Amour. Et En Cela, Tu Trouveras Une Consolation Particulière. 

Car si j'ai la grâce et la bonté dont je viens de parler, je suis également et totalement consolé et joyeux en tout temps et en toutes choses ; et si je ne les ai pas, c'est que j'en suis privé pour Dieu et par la volonté divine. 

Si Dieu veut me donner ce que je désire, je le possède et en suis comblé ; si Dieu ne veut pas me le donner, c'est par la privation que je le reçois dans cette même volonté divine qui, justement, ne veut pas, et ainsi, c'est en étant privé que je reçois, c'est en ne prenant pas que je prends. 

Qu’est-Ce Donc Qui Me Manque? 

Car c'est sûr et certain, on possède plus Dieu dans la privation que dans la possession. 

En effet, quand on reçoit, c'est le don lui-même qui nous console et nous rend joyeux. 

En revanche, quand on ne reçoit pas, on n'a rien, on ne trouve ni ne sait rien qui puisse nous réjouir, hormis Dieu et la seule volonté divine.

La Perte De Biens Extérieurs

C'est sans doute aussi ce que pensait Dieu quand il dit : « Celui qui laisse son père et sa mère, sa sœur et son frère, sa maison ou son champ ou quoi que ce soit, il recevra le centuple et la vie éternelle. » 

Par la vérité divine et sur mon salut, j'ose dire que celui qui quitte son père et sa mère, son frère et sa sœur et quoi que ce soit, pour Dieu et pour la Bonté, celui-là reçoit le centuple, et de deux manières. 

D'une part, son père, sa mère, son frère et sa sœur lui deviennent cent fois plus chers qu'ils ne le sont maintenant. D'autre part, non seulement cent personnes, mais toutes, du fait qu'elles sont des êtres humains, lui deviennent incomparablement plus chères que ne le sont maintenant par nature son père, sa mère ou son frère. 

Si cet homme ne s'en rend pas compte, c'est uniquement et seulement parce qu'il n'a pas encore quitté absolument père, mère, sœur, frère et toutes choses rien que pour Dieu et pour la Bonté. 

Comment aurait-il laissé pour Dieu père, mère, sœur et frère, celui qui les retrouve sur terre dans son cœur, qui s'afflige encore, qui considère et regarde ce qui n'est pas Dieu

— Comment Aurait-Il Laissé Toutes Choses Pour Dieu, Celui Qui Estime Encore Tel Ou Tel Bien

Saint Augustin dit : « Enlève ce bien-ci et ce bien-là, et il n'y a plus que pure bonté, qui plane en elle-même dans sa simple immensité : c'est Dieu. » 

Car ainsi que je l'ai dit plus haut : ce bien-ci et ce bien-là n'ajoutent absolument rien à la Bonté, mais ils cachent et recouvrent la Bonté en nous.



Maître Eckart (1260-1327)



Billet proposé par Aron O’Raney