Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Noël, Une Fête Traditionnelle…



Souvenirs d’Enfance

« Ce que je n’ai pas oublié, c’est la croyance absolue que j’avais à la descente par le tuyau de la cheminée du petit Père Noël, bon vieillard à barbe blanche qui, à l’heure de minuit, devait venir déposer dans mon petit soulier un cadeau que j’y retrouverais à mon réveil. 

Minuit, cette heure fantastique que les enfants ne connaissent pas, et qu’on leur montre comme le terme impossible de leur veillée
Quels efforts incroyables je faisais pour ne pas m’endormir avant l’apparition du petit vieux

J’avais à la fois grande envie et grand peur de la voir; mais jamais je ne pouvais me tenir éveillée jusque-là, et le lendemain, mon premier regard était pour mon soulier, au bord de l’âtre. 

Quelle émotion me causait l’enveloppe de papier blanc, car le Père Noël était d’une propreté extrême, et ne manquait jamais d’empaqueter soigneusement son offrande

Je courais pieds nus m’emparer de mon trésor. 

Ce n’était jamais un don bien magnifique, car nous n’étions pas riches. 

C’était un petit gâteau, une orange ou tout simplement une belle pomme rouge. 

Mais cela me semblait si précieux que j’osais à peine le manger. L’imagination jouait encore là son rôle et c’est toute la vie de l’enfant »  

George Sand (1807).

Le Noël victorien réaffirme « les valeurs de la vie privée, la chaleur humaine, la charité, etc. ». 

L’esprit de Noël se confond avec l’esprit de famille, et la cérémonie des cadeaux en constitue le moment décisif à la fin du XIXe siècle. 

Rappelons-le, Noël est une fête de l’abondance!


L’Arbre De Noël — Charles Dickens — 1852

« Je viens de passer la soirée avec une joyeuse compagnie d’enfants réunis autour de ce charmant jouet venu d’Allemagne qu’est l’arbre de Noël. 

Cet arbre, planté au milieu d’une large table ronde et s’élevant au-dessus de leurs têtes, était magnifiquement illuminé par une multitude de petites bougies et tout garni d’objets étincelants. 

Il y avait des poupées aux joues roses qui se cachaient derrière les feuilles vertes; il y avait des montres, de vraies montres, ou du moins avec les aiguilles mobiles, de ces montres qu’on peut remonter continuellement; il y avait de petites tables vernies, de petites chaises, de petits lits, de petites armoires et autres meubles en miniature, fabriqués à Wolverhampton, qui semblaient préparés pour le nouveau ménage d’une fée (…). 

Admirant cette collection si variée d’objets de toutes les formes qui pendaient à l’arbre comme des fruits magiques et fascinaient les regards de tous ces frais visages (…)

J’éprouvai de nouveau toutes les sensations de ma propre enfance et me laissai aller à l’idée que rien dans la vie réelle ne vaut peut-être les douces illusions de l’âge des arbres de Noël et de tant d’autres arbres enchantés ».

Mon Beau Sapin, Roi Des Forts

Le sapin de Noël, que Dickens nomme « ce charmant jouet venu d’Allemagne » participe de la fête. Martiene Perrot rappelle dans son ouvrage Cadeau de Noël que ce sont les mariages entre souverains qui étendirent à tout l'Occident cette tradition allemande.

En 1816, la princesse Henrietta de Nassau-Weilburg l’introduit à Vienne et il se répand ensuite dans toute l’Autriche. 

Côté anglais, du fait des racines germaniques de la famille royale, la coutume est adoptée à la cour de Georges III et de son épouse Charlotte de Mecklenburg dès 1790 et plus tard relancée par la reine Victoria et son mari Albert de Saxe-Cobourg-Gotha, qui dressent un sapin dans le parc de Windsor.

À Paris en 1840, Hélène de Mecklenburg érige à son tour un sapin gigantesque au jardin des Tuileries. 

Les Français empruntent à leurs voisins d'outre-Rhin le sapin, mais aussi les comptines de Noël, telles que Stille Nacht, heilige Nacht (Douce Nuit, 1818), O du fröhliche (Oh! Quelle joie, 1816), O Tannenbaum (Mon beau sapin, 1826), avant d'offrir eux-mêmes à l'Univers émerveillé le célébrissime Petit Papa Noël, immortalisé par Tino Rossi en 1946.



Extraits d'un article de Camille Barbe et André Larané
Herodote net



Billet Proposé Par Aron O’Raney