Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Symbolisme de l’Initiation


Au Sens Grec De Téleutaî : Faire Mourir. Initier, C’est D’une Certaine Façon Faire Mourir, Provoquer La Mort, Mais La Mort Est Considérée Comme Une Sortie, Le Franchissement D’une Porte Donnant Accès Ailleurs. À La Sortie Succède Une Entrée. Initier, C’est Introduire.

L'initié franchit le rideau de Feu qui sépare le profane du sacré; il passe d'un monde à un autre et subit de ce fait une transformation; il change de niveau, il devient différent.

La transmutation des métaux, au sens symbolique de l'alchimie, est aussi une initiation exigeant une mort, un passage. L'initiation opère une métamorphose.

La mort initiatique ne concerne pas la psychologie humaine, mais la mort à l’égard du monde, en tant que dépassement de la condition profane, Le néophyte semble opérer un processus de régression, sa nouvelle naissance est comparée à un retour à l'état fœtal dans le ventre d’une mère.

Certes, il pénètre dans la nuit, mais la nuit qui le concerne, si elle est comparable à celle du sein maternel, est de façon plus ample la nuit cosmique.

Tous les rituels comportent des procédés particuliers â l'égard de la mort initiatique. 

Le candidat peut être placé dans une tombe creusée à son profit, couvert de branchages, enduit d'une poudre qui lui confère la blancheur d'un cadavre. (Voir sur ces rites Mircea Eliade, Mystère et régénération spirituelle dans les religions extra européennes dans Eranos Jahrbuch, 1945, 23, p. 65 s). 

C'est un rite de passage, symbolisant la naissance d'un être nouveau. 

Sur un plan chrétien, les souffrances sont liées au passage d'un état à l'autre, allant de l'homme ancien à l'homme nouveau, avec ses diverses épreuves.

— Il suffit pour s'en rendre compte de se reporter aux moines du désert, aux épreuves subies de par la puissance des démons, d'où le nom de tentations donné à ces phénomènes : celle de Saint Antoine étant la plus célèbre et la plus déformée.

— Le christianisme a identifié les forces du mal aux démons torturant l'homme, qui passe de l'état profane à l'état de sainteté, non forcément par choix volontaire personnel, mais parce qu'il a été choisi.

— La mort initiatique préfigure la mort, qui doit être considérée comme l'initiation essentielle pour accéder à une vie nouvelle. 

— Cependant, avant la mort réelle, grâce à la mort initiatique incessamment répétée, au sens où Saint Paul l'exige des chrétiens (I Cor. 15, 31), l'homme construit son corps glorieux. 

Il pénètre en effet par la grâce — tout en vivant dans le monde profane, auquel il ne cesse d'appartenir — dans l'éternité. 

L'immortalité ne surgit pas : après la mort, elle n'appartient point à la condition Post Mortem, elle se forme dans le temps et elle est le fruit de la mort initiatique.


Extrait du « Dictionnaire des symboles »



Jean Chevalier — Alain Gheerbrant



Billet Proposé Par Aron O’Raney