Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Se trouver…


Les Grands Maîtres Nous Disent Que La Question La Plus Importante Dans Le Monde Est : Qui Suis-Je? Ou Plutôt : Qu’est-ce que « JE »? Quelle Est Cette Chose Appelée « JE »? Quelle Est Cette Chose Que J’appelle « MOI »

Vous Dites Que Vous Comprenez Toutes Choses De Ce Monde Et Vous Ne Comprenez Pas Cela? 

Vous dites que vous comprenez l'astronomie, les trous noirs et les quasars, que vous saisissez la science des ordinateurs et vous ne savez même pas qui vous êtes ?

Eh bien, j'en conclus que vous êtes encore endormi. Vous êtes un scientifique endormi.

Vous dites que vous comprenez ce qu'est Jésus Christ et vous ne savez pas qui vous êtes ? Comment savez-vous que vous avez compris Jésus Christ

Qui Est Cette Personne Qui Comprend? Il Est Important De Répondre D’abord À Cette Question. C’est Le Fondement De Tout Le Reste. 

C'est parce que nous n'avons pas encore compris cela que tous ces disciples stupides de mouvements religieux se font des guerres religieuses — musulmans contre juifs, protestants contre catholiques, et tous les autres. 

Ils ne savent pas qui ils sont. S'ils le savaient, il n'y aurait pas de guerre. 

Une petite fille dit un jour à un petit garçon : « Tu es presbytérien? Non, répond-il, nous appartenons à une autre abomination! »

Mais je veux insister encore sur l'observation de soi. Vous m'écoutez, mais êtes-vous attentif à d'autres sons hormis le son de ma voix? Êtes-vous conscient de vos réactions tandis que vous m'écoutez

Si vous ne l’êtes pas, vous allez vous faire endoctriner. Ou alors vous allez être influencé par des forces qui sont en vous et dont vous n'avez pas conscience. 

Mais même si vous êtes conscient de votre réaction vis-à-vis de moi, êtes-vous simultanément conscient de la source de cette réaction? Peut-être ne m’écoutez-vous pas du tout; peut-être est-ce votre papa qui m'écoute. Croyez-vous que cela soit possible? Bien sûr que cela est possible.

Je Ne Cesse De Voir, Dans Mes Groupes De Thérapie, Des Gens Qui Ne Sont Pas Là. 

Leur papa, leur maman, oui, mais eux sont absents. Ils ne sont jamais là. « Je vis, non, ce n'est pas moi, c'est mon papa qui vit en moi. » Cela est rigoureusement vrai. 

Je pourrais vous démonter morceau par morceau et vous demander : « Dites-moi, la phrase que vous venez de prononcer, elle vient de papa, de maman, de grand-mère, de grand-père, de qui vient-elle? »

Qui vit en vous

Comprendre que quelqu'un vit en nous est passablement horrible. Vous vous croyez libre, mais il n'y a pas un geste, pas une pensée, pas une émotion, pas une attitude, pas une croyance qui ne vous viennent de quelqu'un d'autre. 

N'est-ce pas horrible? Et vous ne le savez même pas.

Une vie machinale vous a été imposée. Vous avez de solides convictions et vous pensez que ces convictions vous appartiennent en propre, mais est-ce bien vrai

Vous allez avoir besoin d'un surcroît important de conscience pour comprendre que cette chose que vous appelez « JE » n'est peut-être qu'un conglomérat de vos expériences passées, de votre conditionnement et de votre programmation.

Le Processus Est Douloureux.

En fait, le commencement du réveil est accompagné d'une grande souffrance. Assister à la mise en pièces de ses illusions est douloureux. Tout ce que vous pensez avoir construit s'écroule et c'est très pénible. 

C'est de cela qu'il est question quand on se repent; c'est de cela qu'il est question quand on se réveille. Alors pourquoi ne pas prendre une minute, là tout de suite, pour prendre conscience, tandis que je vous parle, de votre état émotionnel, de ce que ressent votre corps, de ce qui se passe dans votre esprit

Pourquoi ne pas prendre conscience, les yeux bien ouverts, de ce tableau qui se trouve devant vous, de la couleur de ces murs et du matériau qui a servi à les construire?

Pourquoi ne pas prendre conscience de mon visage et de ce que vous ressentez lorsque vous le regardez?

Car vous ressentez quelque chose, que vous en soyez conscient ou non. Et cette sensation ne vous appartient probablement pas en propre, car elle découle du conditionnement auquel vous avez été soumis.

Pourquoi ne pas prendre conscience de quelques-unes de ces choses dont je viens de vous parler, même s'il s'agit, pour l'instant, beaucoup plus de mémoire que de véritable conscience ?

Prenez conscience de votre présence dans cette pièce. Dites-vous : Je suis dans cette pièce. Comme si vous vous trouviez à l'extérieur de vous-même et que vous vous observiez de cette position. Vous remarquerez que vous ressentez un sentiment différent de celui éprouvé en observant les choses qui vous entourent. 

Puis Demandez-Vous : Qui Est Cette Personne Qui Regarde? Je Me Regarde. Qui Est « Je »? Qui Est « Moi »

Pour l'instant, vous regarder suffit, mais si vous vous surprenez à vous condamner ou à vous approuver, ne faites rien pour supprimer cette condamnation, ne faites rien pour supprimer cette approbation ou cette désapprobation.

Contentez-vous de vous regarder. Je me condamne. Je me désapprouve. Je m'approuve. 

Contentez-vous de regarder, point final. N'essayez pas de faire autre chose. 

Ne dites pas : « Oh, on m'a dit de ne pas faire ça! » 

Contentez-vous d'observer ce qui se passe; comme je vous l'ai dit, s'observer signifie regarder — observer tout ce qui se passe en vous et autour vous, comme si ces choses arrivaient à quelqu'un d’autre.


Extrait De « Quand La Conscience S’éveille »



Anthony de Mello (1931-1987)



Billet Proposé Par Aron O’Raney