Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Bavardage Et Soucis…



Le Bavardage Et Les Soucis Ont D’étranges Points Communs. Tous Deux Sont Le Résultat D’un Esprit Agité. Un Tel Esprit Réclame Sans Cesse Des Activités Diverses Et Multiples, Il A Besoin D’être Occupé, D’éprouver Des Sensations Nouvelles Et Toujours Plus Fortes, Et Le Bavardage Contient Tous Ces Éléments.

— Le bavardage est l'antithèse même de l'intensité et de l'application. Parler d'autrui, sur le mode plaisant ou malveillant, est un moyen de se fuir soi-même, et cette évasion est la cause de l'agitation. 

— Il semble que la plupart des gens aiment à s'occuper des affaires des autres; c'est ce qui fait le succès des innombrables journaux et magazines dont les colonnes sont pleines de potins, de récits de meurtres, d'annonces de divorces, etc.

— De même que nous faisons grand cas de l'opinion que les autres ont de nous, nous voulons tout savoir d'eux; de là découlent toutes les manifestations grossières ou subtiles du snobisme et le culte de ce qui fait autorité. 

Ainsi Devenons-Nous De Plus En Plus Extérieur, Et De Ce Fait Intérieurement Vide. 

— Plus nous sommes tournés vers l'extérieur, et plus nous avons besoin de sensations et de distractions nouvelles, et ainsi l'esprit ne connaît jamais le repos et devient incapable d'une activité en profondeur, incapable d'aucune découverte.

— Le bavardage est l'expression d'un esprit agité; mais n'être que silencieux n'indique pas un esprit tranquille. 

— La tranquillité ne vient pas de l'abstention, de la négation ou du refus: elle naît de la compréhension de ce qui est. La compréhension de ce qui est exige vigilance et promptitude d'esprit, car ce qui est n'est pas statique.

— Si nous n'avions pas de soucis, la plupart d'entre nous n'auraient pas le sentiment de vivre; être aux prises avec un problème, c'est là pour la plupart des gens la preuve qu'ils existent. 

Nous N’imaginons Pas Une Vie Exempte De Problèmes; Et Plus Un Problème Nous Occupe, Plus Nous Nous Croyons Éveillés. 

La tension constante sur un problème que l'esprit lui-même s'est créé ne fait qu'émousser l'esprit, le rendre insensible, le fatiguer.

Pourquoi L’esprit Est-Il Sans Cesse Occupé Par Un Problème? Faut-Il Que L’esprit S’agite Et Se Torture Sans Cesse Pour Résoudre Les Problèmes Qui Se Posent À Lui? Ou Bien La Réponse Vient-Elle Lorsque L’esprit Est En Repos

— Mais la plupart des gens s'effraient d'avoir l'esprit en repos; ils ont peur de n'avoir aucune affaire présente à l'esprit, car alors Dieu sait ce qu'ils pourraient découvrir en eux-mêmes! 

Un Esprit Qui A Peur De Découvrir Quelque Chose Est Toujours Sur Ses Gardes, Et Il Se Retranche Dans L’agitation Et Le Désordre.

— Sous l'effet des travaux incessants et divers, ainsi que de l'habitude et des circonstances, les couches conscientes de l'esprit se trouvent dans l'agitation et le désordre. 

— La vie moderne développe les activités superficielles et encourage les distractions qui sont encore une forme d'autodéfense. Cette résistance de l'esprit est un obstacle à la compréhension.

— Les soucis, de même que les conversations, ont une apparence de vitalité et de sérieux; mais si l'on regarde les choses d'un peu plus près, on voit qu'ils ne sont pas le fruit du sérieux de vivre, mais de la séduction. 

— Ce qui séduit change sans cesse de visage, et c'est pour cela que l'objet des conversations et des soucis n'est jamais le même. Le changement n'est qu'une continuité modifiée.

— Le bavardage et les soucis ne peuvent prendre fin que lorsque l'on a compris l'agitation de l'esprit. — L’abstinence, le contrôle ou la discipline ne suffisent pas à faire naître la sérénité; elles ne font qu'obscurcir l'esprit, elles le rendent insensible et borné.

La Curiosité Ne Mène Pas À La Compréhension

— La compréhension vient avec la connaissance de soi. 

— Celui qui souffre n'est pas curieux; et la curiosité, avec toutes les spéculations qu'elle implique, est un obstacle à la connaissance de soi. 

La Spéculation, De Même Que La Curiosité, Provient De L’inquiétude Et De L’agitation; Et Un Esprit Agité, Si Doué Soit-Il, Tue La Compréhension Et Le Bonheur.


Extrait De : « Commentaires-Sur-La-Vie »
1956 Tome 1 — Note 3



Jiddu Krishnamurti (1895-1986)



Billet Proposé Par Aron O’Raney