Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Gandhi, À Propos De Jésus…



Selon Gandhi, Toutes Les Croyances Constituent Une Révélation De La Vérité. 

À Louis Fisher, En Visite Chez Lui, Qui S’étonnait De Voir Sur Le Mur De Sa Chaumière Une Image De Jésus Sous Laquelle Était Inscrit : « Il Est Notre Paix », Le Mahatma Lui Répondit : « Je Suis Chrétien, Hindou, Musulman, Et Juif. »

C'est d'ailleurs pour cela qu'il a été assassiné. Certains bigots l'accusaient même d'être secrètement chrétien. 

Il était surtout attaché à Jésus parce que Jésus possédait une immense force d'amour. Quant au christianisme disait-il, il a été dénaturé par Saint-Paul et il est devenu la religion des rois.

Gandhi était avant tout hindou, mais après l'hindouisme, la religion qui l'attirait le plus était le christianisme tel que décrit dans les évangiles de Mathieu, Jean, Luc et Marc. 

Aux missionnaires qui s'efforçaient de le convertir, il conseillait : « Faites de nous de meilleurs hindous, cela sera plus chrétien que de nous convertir. »

Étrangement, les chrétiens de son temps le considéraient comme étant dans l'histoire, l'un des hommes qui auront le plus ressemblé au Christ. 

Louis Fisher, dans son livre « La vie du Mahatma Gandhi », cite le Révérend K Mathew Simon, de l'Église syrienne orthodoxe de Malabar, qui lui écrivait au sujet de Gandhi : « Ce fut sa vie qui me démontra plus que toute autre chose que le christianisme est une religion praticable même au XXe siècle. »

Le Mahatma, tout hindou qu'il fut, montra que l'esprit du Christ pouvait être appliqué dans les temps modernes. 

Il ne prêchait pas sur Dieu; par son attachement à la vérité, son détachement des choses matérielles, son amour pour la non-violence et son dévouement sans limites à la cause des intouchables, il était l'incarnation vivante du Sermon sur la montagne.

C'est d'ailleurs par la lecture du Sermon sur la montagne que Gandhi fut séduit par l'enseignement du Christ. 

Sur le conseil d'un végétarien qu'il avait rencontré dans une pension de famille durant son premier séjour à Londres, il entreprit de lire la Bible.

L'Ancien Testament le rebuta; il parvint à lire le Livre de la Genèse, mais les chapitres suivants l'endormaient et le Livre des Nombres lui déplut énormément. 

Par contre, il trouva dans le Nouveau Testament des rappels à la Gîta. Il fut totalement séduit par les paroles de Jésus : « ... Et moi je vous dis ne résistez pas à celui qui vous maltraite; si quelqu'un vous frappe sur la joue droite, présentez-lui la gauche. Si quelqu'un veut votre robe, abandonnez-lui aussi votre manteau. »

Lors d'une visite à Rome, dans la Chapelle Sixtine, Gandhi s'arrêta devant le Christ en croix et pleura. « Devant autant d'amour, on ne peut s'empêcher d'être ému jusqu'aux larmes. » Confiait-il à Mahadev Dasaï.

Devant ses juges, il demandait souvent qu'on lui impose la peine la plus sévère; le sacrifice de ses disciples se présentant sans défense devant leurs bourreaux à l'entrée des mines de sel, le dénuement dans lequel, le citoyen le plus honoré de l'Inde a vécu..., 

Gandhi ne possédait rien à part un sari, des sandales, une paire de lunettes, une montre de poche, trois petites statuettes représentant des singes les mains sur la bouche, les yeux et les oreilles, un bout de crayon et un petit calepin.



Billet Proposé Par Aron O’Raney