Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Quand l’Homme Se Ferme...



Quand l’homme n’a plus rien,
À échanger avec ses semblables,

Il se replie chaque jour,
Un peu plus sur lui-même.

Il se réfugie dans son monde intérieur,
Ce landernau inaccessible,

Où il peut tout s’avouer à lui-même,
Sans honte ni retenue aucunes.

Alimenté par le flot continu,
Et, indiscipliné de ses folles pensées,

Les mauvais souvenirs l’assaillent,
Et, l’engloutissent.

Il revisite alors,
Ses douloureuses expériences,

Échecs, fautes, erreurs passées, 
Tout ce qui ne laisse aucune place,

À l’évocation de ses furtifs instants de joie,
Ni, aux bonheurs fugaces, qu’il a vécus.




Aron O’Raney
13 juin 2014