Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

La Gloire De La Vie


Le Charme Et La Gloire De La Vie Se Manifestent Lorsqu'elle Est Harmonise Et Immerge Dans Le Grand « moi » Universel Qui Imprgne Toutes Formes, Choses Et Objets. 

Alors l'âme, emprisonnée dans les chaînes de l'individualisme, atteint la béatitude de la liberté parfaite. 

Que ce soit sur le plan spirituel ou physique, l'homme aspire à la liberté. La vraie liberté spirituelle est bien supérieure à la simple liberté physique. 

Car tandis que cette dernière n'assure à l'homme qu'un simple effleurement du bonheur, la première lui procure une éternelle félicité.

Un homme spirituellement libéré, même s'il est lié physiquement, a atteint le bonheur éternel que ne réalise pas celui qui est spirituellement limité, bien que physiquement libre. 

Donc si l'âme aspire à la jouissance de l'éternelle félicité, la liberté spirituelle doit être le but de la vie. L'âme doit se perdre dans l'Esprit infini. C'est dans une telle absorption que l'âme s'identifie avec cet Esprit suprême. 

Dans n'importe quel état, si exalté soit-il, mais où l'identification avec le grand Esprit n'est pas atteinte, la libération parfaite et l'éternelle joie ne sont jamais possibles. 

L'absolue, L'immortelle, La Grande Ralit Est Toujours Une. 

Toute existence conçue comme secondaire, égale ou différente de cette Réalité ne peut être que relative, donc imparfaite. 

La vague et l'océan, la lumière et le soleil, même s'ils paraissent différents à la vision obscurcie, ne sont, en essence, qu'une seule et même chose.

Ainsi, dans l'absolu de la Réalité, Dieu, l'univers et l'âme individuelle sont un.

L'ascension de l'âme est toujours dirigée vers cette parfaite identité avec le grand Un qui est le même partout et en tout. 

Le fleuve de la vie se fraye un chemin à travers tous les obstacles, pour atteindre l'océan infini de l'existence qui est Dieu. 

Ce fleuve ne connaît ni repos, ni liberté, ni paix, tant qu'il ne se confond pas avec les eaux de l'immortalité et ne jouit pas des délices de l'infinie vision.


Extrait De « prsence De Râm »



Swâmi Râmdâs



Billet Proposé Par Aron O’Raney