Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Maîtrise De Soi…



Tout Être A Besoin De Maîtrise De Soi. 

Pour bien édifier son corps physique, il faut observer toutes les règles et se soumettre à une discipline rigoureuse. 

Au fur et à mesure que le corps se développe sous la stricte surveillance nécessaire, le mental se rend de mieux en mieux compte de la nécessité d'une maîtrise intérieure exercée sur toutes les tendances.

Lorsque le corps et la pensée sont tous deux convenablement disciplinés, alors s'éveille le désir de connaître le Moi 

II ne faut donc pas se désintéresser de la maîtrise du corps et de la pensée, il faut se consacrer aux œuvres de piété; les expériences supérieures de la vie en deviendront d'autant plus faciles. 

Tant que vous avez à pourvoir aux besoins du corps, le travail est une nécessité. Rappelez-vous toujours que la vie religieuse est possible seulement pour ceux qui savent se tenir en main, comme l'avare qui amasse de l'argent ou l'abeille qui emmagasine du miel.


Voyons

Prononcez le nom de Dieu à chaque grain de chapelet qui passe entre vos doigts; si vous n'y arrivez pas, prononcez Son nom régulièrement et obstinément comme le tic-tac d'une horloge.

Il n'y a pas de règle spéciale prescrite pour cela. 

Choisissez le nom de Dieu qui vous attire le plus et continuez à le répéter même si cela vous ennuie, tout comme vous avaleriez un médicament au goût amer. 

Un jour viendra où vous découvrirez dans votre chapelet un grain « astral » qui avance toujours et chante, sans jamais s'arrêter, la gloire de l'Être suprême.

Cette musique vous semblera emplir l'air et le ciel, la terre et la mer et se répandre dans tout l'univers. 

C'est ce qu'on appelle la Présence immanente de Son nom. 

C'est avec Son nom et Sa forme que ce monde a commencé d'exister, et il prend fin aussi avec Son nom. 

Quand par le nom l'adorateur a été conduit à la perfection, il se perd en ce nom; alors son ego fond, et le monde aussi disparaît du champ de toute expérience. 

À ce moment, ce qui existe, et aussi ce qui n'existe pas, devient trop profond pour pouvoir être exprimé par l'homme, bien que par moments l'homme puisse en avoir un aperçu.


Aux Sources de la Joie — 84/85 —



Mâ Ananda Moyî



Billet Proposé Par Aron O’Raney