Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Le Pays Cathare Veut Accéder Au Patrimoine Mondial De L’UNESCO

Lastours, près de Carcassonne, Un site audois remarquable. (Photo par © D.R)

L’empreinte Laissée Dans L’Aude Par Le XIIIe Siècle, Période Cruciale Du Sud De La France, Mérite-T-Elle De Rejoindre Le Patrimoine Mondial? C’est L’enjeu De La Procédure UNESCO Engagée Autour Du « Pays Cathare ».

Il s'est bel et bien passé quelque chose d'important, dans le Sud de ce qui n'était pas encore tout à fait la France, au cours du XIIIe siècle. 

L'expansion de la religion cathare, la protection dont les « bonshommes » ont bénéficié de la part des puissants seigneurs locaux, la croisade envoyée par le pape et le roi de France pour les soumettre et rattacher ces territoires à la couronne : c'est de tout cela que témoignent châteaux, abbayes, villages et paysages, aujourd'hui réunis sous le nom de « pays cathare ». 

Mais cela suffira-t-il à obtenir le prestigieux label « Patrimoine mondial », délivré au compte-gouttes par l'UNESCO tous les ans?

Les 21 Sites du Pays Cathare


Une Valeur Universelle Exceptionnelle À Démontrer

« C'est à cette question que nous essayons actuellement de répondre », explique Michel Cotte, expert au Conseil international des monuments et des sites (Icomos). L'homme, qui a participé au montage de plusieurs dossiers de candidatures, a été mandaté par le conseil général de l'Aude pour envisager la crédibilité du projet. 

En juillet dernier, un comité scientifique de seize membres a été installé, et s'est mis au travail. Jeudi dernier, il s'est réuni à Carcassonne pour mettre sur la table les premiers éléments de discussion. Dans la discrétion, pour ne pas troubler des débats d'experts qui risquent d'être animés. « Dans ces réunions, on n'est pas là pour prendre tranquillement le café. Le comité scientifique a été formé de gens venus de disciplines et d'horizons géographiques différents ». 

L'objectif est d'avoir un argumentaire solide, et qui ne puisse pas apparaître comme une simple démarche locale un brin chauvine. Car la tâche est ardue. Il va d'abord falloir que le comité dise si ce patrimoine, témoin d'une période cruciale de l'histoire, peut revendiquer une « Valeur universelle exceptionnelle » (VUE). « C'est la notion clé pour le comité du Patrimoine mondial, qui gère l'obtention du label. La valeur dont on parle doit être internationale, faire sens non seulement localement, mais qu'elle veuille dire quelque chose pour un Suédois ou un Chinois », souligne Michel Cotte. 

Ensuite, à partir de cette VUE, il faut définir un périmètre. Les châteaux? Les abbayes? Les vestiges archéologiques? Les villages? Le paysage? « Ce périmètre, il faut l'établir le plus scientifiquement possible, souligne Michel Cotte. Puis le passer au crible des critères de l'UNESCO : l'intégrité de ce patrimoine, son authenticité, et la comparaison avec d'autres témoignages de l'histoire ».

L’Étape Française D’abord

Lourde et longue tâche qui attend les seize savants qui doivent aider le Conseil général, porteur du projet, à franchir la première étape : l'inscription sur la « liste indicative française ».

Ce ne pourra être fait, dans le meilleur des cas, qu'au début 2015. Ensuite, si cette première étape est franchie, il faudra faire partie des deux projets maximum que la France peut présenter, tous les ans, à l'UNESCO. 

L'obtention du précieux sésame est ensuite plutôt aléatoire. « Le Patrimoine mondial compte un millier de sites. Certes, il y a encore des classements qui ne se discutent pas, comme celui du Mont Fuji au Japon l'an dernier. 

Mais pour 80 % des dossiers, il est bien difficile de démontrer leur valeur universelle exceptionnelle », témoigne Michel Cotte. Cela tombe bien : les Cathares n'avaient pas pour habitude de céder à la facilité.


Source : Extrait de L’indépendant
— Laurent Rouquette — Novembre 2013 —



Billet Proposé Par Aron O’Raney