Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

La Symbolique Du Métal


Chaque Métal En Particulier A Son Symbolisme « L’or Représente La Perfection, Le Fer La Guerre »… 

Dans le cadre de la métallurgie et de ses caractéristiques : un métal est un « corps simple, bon conducteur de la chaleur et de l'électricité, libérant des cations et donnant des oxydes généralement basiques par combinaison avec l'oxygène, doté d'un éclat souvent brillant ».

Dérivé du grec métallon, le mot métal est rapproché, par René Alleau, de la racine mé ou més, qui est le nom le plus ancien donné à la lune (Alla, 62-63).

Le symbolisme des métaux a un double aspect : Ceux qui les travaillent, comme les forgerons, ont souvent été partiellement des exclus, leur activité de l’ordre de « l’infernal » s'avérant dangereuse; — ils ont aussi joué, un rôle social majeur, et ont également servi de support à des rites initiatiques… « mystères cabiriques » de la Grèce ancienne, et confréries chinoises ou africaines. 

À noter dans l'origine des minerais, le rapport « Forge — Feu Souterrain », soit l'enfer, mais aussi l’aspect bienfaisant fondé sur la purification et la transmutation, et la fonction cosmologique de transformation. 

Le métal pur se dégageant du minerai grossier c'est, dirait Jacob Boehme, « l’esprit se dégageant de la substance pour devenir visible. »

Les métaux sont aptes à la transformation, et l’une des vocations alchimiques consiste à en extraire le soufre. Ainsi la fusion des métaux s’apparente à la mort, et le soufre extrait en est sa vertu, Noyau ou Esprit du métal. 

En Chine, la fonte est assimilée à l'obtention de l'immortalité. 

C'est là l'origine du symbolisme alchimique : en chinois, le caractère Kin — figurant des fragments de minerais enterrés — signifie Mtal ou Or. Cependant, si l'or est le yang pur, le métal élément est d'essence Yin : il correspond à l'Ouest, à l'automne, à la couleur blanche. 

Fondez l'univers et reformez-le, dit un rituel de société secrète. C'est le solve et coagula hermétique, l'influence alternée Ciel — Terre, l’aspect Yang — Yin. 

L'alliage est alliance; et les métaux sont substances vivantes et sexuées, possédant du sang : c'est, selon Nicolas Flamel, l'esprit minerai qui est dans les métaux; les métaux sont mariés par la fonte; c'est pourquoi elle ne réussit que par l'apport au creuset du fondeur et de sa femme « Yang — Yin », ou de leurs substituts « cheveux — rognures d'ongles ».

L'aspect impur des métaux, signe de la solidification cyclique, se retrouve dans son interdiction dans les autels hébreux, son exclusion absolue, des outils utilisés dans la construction du Temple de Salomon et dans le symbolisme maçonnique du dépouillement des métaux. 

Comme le stipule la doctrine des quatre âges « Yuga », d’or, d'argent, d'airain et fer, il y a une hiérarchie descendante des symboles des métaux en relation avec la solidification, et durcissement progressif des âges du monde.

Un système de correspondance est établi, entre métaux et planètes ou étoiles qui suivent un ordre ascendant, ainsi résumé :

— 1. Plomb Saturne — 2. Étain Jupiter — 3. Fer Mars — 4. Cuivre Vénus
— 5 — Mercure Mercure — 6. Argent Lune — 7. Or Soleil

Cette hiérarchie cosmique se retrouve dans les mythes des races et des âges, dans Hésiode,L'âge D'or Et La Race D’or sont pures merveilles, et L’âge De Fer Et La Race De Fer sont Brutalités et tyrannies

La hiérarchie des métaux se retrouve encore dans les coutumes de la hiérarchie sociale : couverts de fer, d’argent ou d'or, selon les classes; au moyen âge, éperons d'or aux chevaliers, d'argent aux écuyers. 

C'est moins la question de valeur qui les distingue qu'une notion de hiérarchie fondée sur la symbolique des métaux.

Mais la symbolique reconnaît aussi les alliages, tel l'airain.

Les métaux sont éléments planétaires du monde souterrain; les planètes, métaux du ciel; leur symbolisme est parallèle. Les métaux symbolisent des Énergies Cosmiques solidifiées et condensées, aux influences et aux attributions diverses.

En tant que symboles d'énergie, les métaux s’assimilent à la libido, dans la symbolique de C.G. Jung. Leur caractère souterrain s’apparente au désir sexuel, le sublimer, c’est transmuter le vil métal en or pur. Il s'agit de se libérer des servitudes charnelles, et des influx planétaires et métalliques nocifs. 

La voie de l’individuation est comparable à celle des transmutations. 

La sublimation ou la spiritualisation, tel le Grand Œuvre des alchimistes, passe par le feu, la destruction, et la restauration à un niveau supérieur. 

Dans une autre vue, il ne s'agit pas de se libérer des influx métalliques et planétaires, mais de les intégrer dans une existence équilibrée.

Le dépouillement des métaux est un rite initiatique et symbolique très ancien. Il se rattache au caractère impur attribué aux métaux. 

On l'a rapproché du mythe de la déesse babylonienne Ishtar, contrainte, au cours de sa descente dans le monde infernal, de déposer successivement ses parures pour franchir les sept enceintes avant de paraître, nue, devant sa sœur, la redoutable souveraine du royaume des morts. 

On retrouve le dépouillement des métaux, dans les rites maçonniques d'initiation : quand le récipiendaire est invité à se dépouiller de ses métaux, pour marquer son détachement des biens matériels et de toute convention, et sa ferme volonté de recouvrer l'innocence originelle.


Jean Chevalier — Alain Gheerbrant
Dictionnaire des symboles



Billet Proposé Par Aron O’Raney