Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Sagesse Et Réalité Ultime…



— CLII —

Pour le sage, la tristesse et la joie se ressemblent, 
Le bien et le mal aussi. 

Pour le sage, tout ce qui a commencé doit finir. 

Alors, demande-toi si tu as raison 
De te réjouir de ce bonheur qui t'arrive, 

Ou de te désoler de ce malheur que tu n'attendais pas.

— CLIII —

Puisque notre sort, ici-bas, 
Est de souffrir puis de mourir, 

Ne devons-nous pas souhaiter de rendre le plus tôt possible
À la terre notre corps misérable

Et notre âme, 
Qu'Allah attend pour la juger selon ses mérites, 
Dites-vous

Je vous répondrai là-dessus, 
Quand j'aurai été renseigné par quelqu'un revenant 
De chez les morts.

— CLIV —

Derviche, 
Dépouille-toi de cette robe peinte dont tu es si fier
Et que tu n'avais pas à ta naissance!

Endosse le manteau de la Pauvreté.

Les passants ne te salueront pas, 
Mais tu entendras chanter dans ton cœur 
Tous les séraphins du ciel.

— CLV —

Ivre ou altéré, je ne cherche qu'à dormir. 

J'ai renoncé à savoir ce qui est bien, 
Ce qui est mal. 

Pour moi, 
Le bonheur et la douleur se ressemblent.

Quand un bonheur m'arrive, 
Je ne lui accorde qu'une petite place, 
Car je sais qu'une douleur le suit.


Traduit par Franz Toussaint, Paris 
Q152-155 — L’Édition d’art H. Piazza. 



Omar Khayyâm.



Billet Proposé Par Aron O’Raney