Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Parlons De La Vie d’Aujourd’Hui…


Comment Affronter La Vie Telle Qu’elle Est Aujourd’hui ?… Pouvons-Nous Vivre De Telle Façon Qu’aujourd’hui Soit Primordial?

Question : Nous vivons avec la peur de la guerre, la peur de perdre un emploi (pour autant que nous en ayons un) la peur du terrorisme, de la violence de nos enfants, la peur d’être à la merci de politiciens incapables. Comment affronter la vie telle qu’elle est aujourd’hui?

Krishnamurti : 

Comment l’affrontez-vous? Nous devons accepter comme tel le fait que le monde devient de plus en plus violent — c’est évident. Les menaces de guerre sont elles aussi très évidentes — Afrique du Sud, Moyen-Orient — de même que cet étrange phénomène de la violence de nos enfants. L’orateur se souvient d’avoir rencontré une mère, il y a quelque temps en Inde. 

La tradition indienne veut que l’on ait un très grand respect pour les mères, et celle-ci était horrifiée parce que, disait-elle, ses enfants l’avaient battue — chose jamais vue en Inde. Ainsi, cette violence s’étend partout dans le monde. Et l’on rencontre aussi cette peur de perdre un emploi dont parle l’auditeur.

Face à tout cela, sachant tout cela, comment affrontons-nous la vie telle qu’elle est aujourd’hui

En ce qui me concerne, je sais comment l’affronter, mais j’ignore comment vous, vous allez l’affronter. Tout d’abord, qu’est-ce que la vie? Qu’est-ce que cette chose que nous appelons l’existence, faite de souffrance, de surpopulation, de politiciens incapables, de toutes les tricheries, de malhonnêteté, de corruption que l’on rencontre partout dans le monde? Comment l’affrontons-nous?

Bien entendu, il faut commencer par se demander ce que vivre signifie. Qu’est-ce que vivre dans le monde tel qu’il est? Demandons-nous comment nous vivons notre vie quotidienne, pas théoriquement, philosophiquement ou idéalement, mais effectivement, comment menons-nous notre vie quotidienne

Si nous examinons cela, ou si nous en avons sérieusement conscience, nous voyons que c’est une bataille perpétuelle, un combat perpétuel, une succession d’efforts. (Être obligé de se lever le matin est un effort) Que faire? On ne peut l’esquiver. 

L’orateur connaît plusieurs personnes qui se retirèrent définitivement dans l’Himalaya et disparurent pour de bon, estimant qu’il était impossible de vivre en ce monde. Ceci est tout simplement un refus, une fuite devant la réalité, tout comme se perdre dans une communauté ou suivre un gourou fortuné et s’y immerger.

De toute évidence, ces gens ne résolvent pas les problèmes de la vie quotidienne, pas plus qu’ils n’explorent la possibilité d’un changement, d’une révolution psychologique de la société. Ils fuient tout simplement. 

En ce qui nous concerne, si nous ne fuyons pas et vivons réellement dans ce monde tel qu’il est, que devons-nous faire?

Pouvons-nous changer notre vie, afin de n’avoir absolument aucun conflit — le conflit faisant partie de la violence. Est-ce possible? Ce combat continuel pour devenir quelque chose est le fondement de notre vie — le combat pour le combat. Les êtres humains que nous sommes, vivant dans ce monde, peuvent-ils se changer c’est vraiment la question, afin de se transformer radicalement, psychologiquement, mais non pas à la longue en donnant libre cours au temps

Il n’y a pas de demain pour l’homme sérieux, pour l’homme vraiment religieux. Il est dur d’affirmer qu’il n’y a pas de demain, que seule existe la plénitude du présent. Pouvons-nous vivre cette vie pleinement, réellement afin de transformer nos relations réciproques? C’est là le véritable problème, et non l’état du monde, car le monde est nous. 

Voyez cela je vous prie : le monde est vous et vous êtes le monde. 

C’est une terrible évidence, un défi qu’il faut affronter complètement, c’est-à-dire que nous sommes le monde avec toute sa laideur, que nous y avons contribué, que nous sommes responsables de tout cela, de tout ce qui arrive au Moyen-Orient, en Afrique, de toute la folie qui se déroule dans le monde — nous en sommes responsables. 

Peut-être ne sommes-nous pas responsables des actes de nos grands-parents et arrières grands-parents — de l’esclavage, des milliers de guerres, des empires avec leur brutalité, mais nous en faisons néanmoins partie.

Il serait assez désespérant que nous ne réalisions pas notre responsabilité, c’est-à-dire le fait d’être totalement responsables de nous-mêmes, de nos actes, de nos pensées, de nos comportements, au regard de ce qu’est le monde — sachant bien entendu qu’il ne nous est pas possible de résoudre individuellement, séparément le problème du terrorisme, par exemple. 

Cela relève des gouvernements auxquels il incombe de veiller à la sécurité et à la protection de leurs citoyens, mais ils ne paraissent pas s’en préoccuper. 

Si chaque gouvernement se souciait réellement de protéger ses citoyens, il n’y aurait pas de guerre. Mais apparemment les gouvernements aussi ont perdu la raison, ils se préoccupent uniquement de leurs partis politiques, de leur pouvoir, leur situation, leur prestige — vous connaissez tout cela.

Donc, pouvons-nous vivre de telle façon qu’aujourd’hui soit primordial, sans faire intervenir le temps, c’est-à-dire le lendemain, le futur

Cela signifie qu’il nous faut devenir extraordinairement attentifs à nos réactions, à notre confusion, qu’il nous faut travailler d’arrache-pied sur nous-mêmes. 

C’est apparemment tout ce que nous pouvons faire, et si nous ne le faisons pas, il n’y a pas vraiment d’avenir pour l’homme. Je ne sais si vous avez lu certains titres dans les journaux. 

Tous se préparent à la guerre. Et si vous vous préparez à quelque chose, vous l’aurez — c’est comme préparer un bon plat. Les gens du commun ne semblent apparemment pas s’en soucier. Ceux qui, intellectuellement, scientifiquement, participent à la production d’armements ne semblent pas s’en soucier davantage. 

Ils ne s’intéressent qu’à leur carrière, à leur travail, à leur recherche et si l’homme de la rue que nous sommes, la prétendue classe moyenne ne s’en préoccupe pas, cela équivaut à jeter l’éponge. 

Le drame est que nous ne semblons pas nous en soucier outre mesure. Nous ne nous entendons pas ensemble, nous ne pensons pas ensemble, nous ne travaillons pas ensemble. 

Nous acceptons bien trop facilement d’adhérer à des institutions, à des organisations, espérant que celles-ci arrêteront les guerres, nous empêcheront de nous massacrer. 

Elles n’y ont jamais réussi. Les institutions, les organisations n’empêcheront jamais rien de tout cela. Ceci relève du cœur humain, de l’esprit humain. 

Je vous en prie, nous ne faisons pas ici de rhétorique, nous sommes confrontés à un véritable, à un très grand danger. Nous avons rencontré d’éminentes personnalités impliquées dans tout cela : elles ne s’en soucient pas. 

Mais pour notre part, si nous nous en préoccupons, si notre vie quotidienne est vécue de façon juste, si chacun d’entre nous est conscient de ce qu’il fait chaque jour, je pense qu’il y a alors de l’espoir pour l’avenir.


1re question de la 2e séance de questions/réponses de Brockwood Park en 1981. Traduction en français extraite du Bulletin 46 de l’ACK (printemps/été 1984) et mise à jour par l’ACK.


Brockwood Park, le 3 septembre 1981



Jiddu Krishnamurti (1895-1986)



Billet proposé par Aron O’Raney