Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Maintenant, Nous Retournons…



Maintenant, mon Amour, nous retournons chez nous,
Là où le liseron grimpe par les échelles : 

En ta chambre déjà, bien avant ta venue, 
Est venu l'été nu, aux pieds de chèvrefeuille.


Nos baisers voyageurs ont parcouru le monde : 
Arménie, goutte épaisse et miel déterré, 

Ceylan, verte colombe, et Yang Tsé séparant 
Les jours d'avec les nuits, de sa vieille patience.


Maintenant, bien-aimée, par la mer crépitante,
Comme deux oiseaux aveugles nous revenons 

Vers notre mur, notre nid du lointain printemps,


Puisque l'amour ne peut voler sans s'arrêter : 
Notre vie va au mur, aux pierres de la mer, 

Les baisers sont rentrés à notre territoire.



Extrait de « La Centaine d’Amour »



Pablo Neruda



Billet proposé par Aron O’Raney