Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Les Templiers… Cadre De Vie



Le Cadre De Vie Ordinaire Du Templier Est La « Maison » 

En Orient, en Espagne, sur les lieux de l'action, il s'agit, on le verra, de châteaux ou de villes fortes, qu'il faut distinguer de la commanderie qui, elle, est la circonscription administrative de base. 

Créée à partir du moment où un patrimoine suffisant est rassemblé, la commanderie comprend plusieurs maisons ; elles sont parfois regroupées en baillies, ainsi existe-t-il une commanderie et une baillie de Chartres. Un commandeur les dirige. 

L’échelon intermédiaire est la province, elle aussi dirigée par un commandeur ou maître. Au XIIIe siècle, on en compte onze : France, Poitou-Aquitaine, Auvergne, Provence, Allemagne, Angleterre, Portugal, Castille, Aragon-Catalogne, Italie du Nord ou Lombardie, Pouilles. 

S’y ajoutent les provinces d’Orient avec Jérusalem, Tripoli-Antioche-Arménie, Chypre et Morée, en Grèce. La vaste province de France intègre une baillie de Normandie et une baillie de Bourgogne, le duché et le comté.

Enfin, au sommet, l’ordre est dirigé par un maître ou grand maître, qu’assistent différents dignitaires : maréchal, drapier, trésorier, grand commandeur, turcoplié… 

La « maison chèvetaine », ou quartier général, est à Jérusalem jusqu’en 1187, Acre ensuite et enfin Chypre. 

Jamais le quartier général n’a été transféré à Paris, dont l’importante maison n’a été que le chef-lieu de la province de France.

À chacun de ces trois niveaux, un chapitre, hebdomadaire, annuel, plus espacé pour le sommet, réunit les frères. 

Cette forme d’organisation, pyramidale et hiérarchisée, innove par rapport aux structures bénédictines et cisterciennes. 

Elle influencera plus tard, au XIIIe siècle, les ordres mendiants.

La Maison Abrite Une Petite Communauté De Frères. 


La majorité des maisons sont rurales, mais les templiers n’ont pas refusé la ville. Au contraire, l’« enclos » ou le « palais » dans les villes méridionales templier, est présent à Paris, Laon, La Rochelle, Arles, Avignon, Barcelone, etc. 

Les revenus de l’artisanat urbain, comme ceux du commerce et des activités financières, entrent dans les ressources de l’ordre, au même titre que les revenus agricoles. 

À partir de la reconnaissance de l’ordre à Troyes, en 1129, les donations des fidèles ont afflué. 

Parcelles de terre, péages et tonlieux, droits seigneuriaux ou féodaux, rentes de toutes sortes ont rapidement permis aux templiers de constituer un patrimoine important, réparti en France, en Angleterre, en Italie, en Espagne et, dans une moindre mesure, en Allemagne et en Europe Centrale. 

Par achats et par échanges, les templiers ont regroupé des parcelles et remembré leurs domaines afin d’en rationaliser l’exploitation. 

Ils passent pour avoir été durs en affaire, et sans doute l’ont-ils été envers ceux qui s’adressaient à eux pour obtenir un prêt d’argent et laissaient en gage une terre ou un bien.



Alain Demurger



Billet Proposé Par Aron O’Raney