Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Du Mélèze De L'Archipel…


Du mélèze de l'archipel tu as les fibres, 
Cette chair travaillée par les siècles du temps,

Des veines qui ont vu l'océan des troncs d'arbres, 
Un sang d'herbe tombé du ciel dans la mémoire.


Et personne pour recueillir mon cœur perdu 
Parmi les racines, dans la fraîcheur amère 

Du soleil que multiplie la fureur de l'eau, 
Là vit l'ombre qui me laisse voyager seul.


C'est pourquoi tu es partie du Sud comme une île 
Peuplée et couronnée de plumes et de bois 

Et j'ai senti l'odeur des bosquets vagabonds,


Retrouvé le miel noir connu dans la forêt,
Sur ta hanche, effleuré les pétales obscurs

Qui sont nés avec moi pour construire mon âme.


Extrait de « La Centaine d’Amour »



Pablo Neruda



Billet proposé par Aron O’Raney