Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Aussi Simple Que L’Est Ta Main



Aussi simple que l'est ta main, te voici nue : 
Lisse, terrestre, fine et ronde, transparente, 

Tu as des lignes de lune, chemins de pomme, 
Toute nue tu es mince comme le blé nu.


Nue tu es bleue, du bleu de la nuit à Cuba, 
L’étoile en tes cheveux se mêle au liseron, 

Toute nue tu es jaune et tu es gigantesque, 
On dirait un été dans une église d'or.


Nue te voici petite ainsi qu'un de tes ongles, 
Courbe, rose, subtile jusqu'au point du jour 

Qui te verra rentrer au souterrain du monde


Comme en un long tunnel de travaux, de costumes 
Et ta clarté s'éteint et s'habille et s'effeuille 

Et devient à nouveau une main toute nue.


Extrait de « La Centaine d’Amour »


Pablo Neruda



Billet Proposé Par Aron O’Raney