Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Unité, Pureté Et Vie Droite



Dans La Vie Du Monde, 

les hommes accroissent leurs possessions et s'enrichissent en ajoutant toujours d'autres chiffres après l'unité

dans la vie spirituelle au contraire, le dévot quitte ses biens matériels, cherche à ne jamais perdre de vue l'Unique et finalement atteint l'ultime Vérité qui est une. 

Les Deux Voies Divergent. 

Vous devriez réfléchir sérieusement à ce fait que nos acquisitions terrestres perdent toute signification si elles ne conduisent pas à L'UN. 

Ayez donc toujours une foi solide en l'Être suprême et continuez d'accomplir votre devoir avec ce but unique devant vous.




La sâdhanâ, la culture de la vie spirituelle, implique un effort pour acquérir ce qui est votre trésor naturel. 

Or le plus haut trésor de votre vie est Dieu. 

D'une façon générale, tout ce que vous faites est de la sâdhanâ, vous êtes le dévot et Dieu, le but. 

Quand le sens de ce monde est fort en vous, vous travaillez pour obtenir des résultats matériels, bien que la pensée du Divin soit en réalité toujours cachée derrière tout ce que vous faites

La raison en est que même une feuille d'arbre ne peut frémir sans qu'il le veuille, et que chacune de vos actions va jusqu'à lui. 

C’est Un Axiome. 

La vie du mondain est une adoration de ses propres besoins, avec une idée dominante de possession et, pour objectif, la jouissance personnelle. 

Tant que votre âme n'est pas épuisée par les souffrances, les privations, les injures, les disgrâces et les deuils que dispense en vous la vie, vous continuez vigoureusement vos efforts pour accumuler des richesses matérielles, et cela constitue pour le moment votre sâdhanâ. 

C’est Une Phase Nécessaire. 

Elle éveille en votre esprit la vraie nature de ce que vous êtes. 

Puis il se développe en vous un désir d'acquérir le véritable trésor de votre vie et de trouver en lui le repos définitif. 

A cette étape votre sâdhanâ prend une direction nouvelle. 

Vous ne travaillez plus pour vous-même, mais pour le bien de tous. 

Toute votre activité vous conduit au sacrifice, au renoncement « Vairgya » et à l'amour, qui forment la base de toutes les religions.




La Pureté De L’esprit A Pour Condition l'observation des rites sacrés, et des exercices prescrits par les Shâstras. 

On dit que la maison construite sur de bons « chras » (1) sur la vertu, résiste à toutes les tempêtes. 

Il faut observer dans la vie toutes les règles et les pratiques qui tendent à rendre purs le corps et l'esprit. 

Si vous voulez rendre visite à un roi, vous vous pliez à un certain décorum; pour avoir une vision de Dieu, il faut cultiver des pensées divines, purifier vos mobiles et vos actes et être toujours sur vos gardes.


(1). L’âchâra est l’observation dans la vie pratique d'une règle de conduite généralement admise.



Aux Sources de la Joie — 76,77, 78 —



Mâ Ananda Moyî



Billet proposé par Aron O’Raney