Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Le Bonheur… Une Étonnante Variété



Les Sociologues, Définissent Le Bonheur Comme « Le Degré Selon Lequel Une Personne Évalue Positivement La Qualité De Sa Vie Dans Son Ensemble. En d'autres termes, le bonheur exprime à quel point une personne aime la vie qu'elle mène ».

Tout dépend bien sûr si « aimer la vie » se réfère à une satisfaction profonde ou se réduit à une simple appréciation des conditions extérieures dans lesquelles se déroule notre existence. 

Pour certains, le bonheur ne serait qu'une « impression ponctuelle, fugitive, dont l'intensité et la durée varient avec la disponibilité des biens qui le rendent possible ». 

Un bonheur insaisissable donc, entièrement voué à des circonstances dont le contrôle nous échappe. 

Pour le philosophe Robert Misrahi, au contraire, le bonheur est « le rayonnement de la joie sur l'existence entière ou sur la part la plus vivante de son passé actif, de son présent actuel et de son avenir pensable ». 

Pourrait-il donc constituer un état d'être durable

Selon André Comte-Sponville, « on peut appeler bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible ». 

Est-il alors possible d'accroître cette durée

Il y a mille conceptions du bonheur. Et nombre de philosophes ont tenté de proposer la leur.

Ainsi, selon Saint-Augustin, le bonheur naît de la vérité ». 

Pour Emmanuel Kant, Le bonheur doit être rationnel et coupé de toute inclination personnelle, et pour Marx il s'agit de l'épanouissement par le travail. 

Mon but n'est pas de les énumérer, mais de relever à quel point elles diffèrent et souvent se contredisent. 

« Sur la nature même du bonheur, écrivait Aristote, on ne s'entend plus et les explications des sages et de la foule sont en désaccords »

Qu'en est-il pourtant du bonheur simple qui naît du sourire d'un enfant, d'une bonne tasse de thé après une promenade en forêt

Si riches et réconfortantes soient-elles, ces lueurs ne sauraient illuminer l'ensemble de notre vie. 

Le bonheur ne se limite pas à quelques sensations agréables, à un plaisir intense, à une explosion de joie ou à une fugace béatitude, à une journée de bonne humeur ou un moment magique qui nous surprend dans le dédale de l'existence. 

Ces diverses facettes ne sauraient constituer à elles seules une image fidèle de la félicité profonde qui caractérise le bonheur véritable.


Extrait de « Plaidoyer pour le bonheur »



Matthieu Ricard



Billet Proposé Par Aron O’Raney