Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Connaître Un Peu Confucius



Confucius, en chinois Kong Qiu, dit Kongzi, ou Kongfuzi  « maître Kong », le nom est latinisé par les missionnaires jésuites du XVIIe siècle en Confucius. 

Il est ce Philosophe, et premier grand maître itinérant de la tradition chinoise, dont l'enseignement oral renouvela le sens des anciens textes (v. 551 — v. 479 av. J.-C).

La doctrine philosophique et religieuse de Confucius, qui défie les systèmes politiques depuis 2 500 ans, préconisait le retour à la morale en appelant aux Droits Des Faibles Et Aux Devoirs Des Puissants. 

À l'époque la Chine traversait une période troublée par la rivalité de ses princes, et cette philosophie tenta d'inculquer aux souverains l'art de gouverner par la vertu. Cet idéal a marqué tout l'Extrême-Orient de pensée chinoise.

Confucius aurait cherché pendant treize ans un souverain éclairé pouvant accepter d'expérimenter son système politique, mais, parvenu au pouvoir et en ayant éprouvé l'inconsistance, Il serait revenu à la méditation et à l'enseignement. 

Ses préceptes sont le respect des traditions, et l'exigence de tolérance et d'humanisme. 

Ils furent repris par tout un courant de pensée, le confucianisme, qui forma le cœur de l'idéologie politique, de l'idéal humaniste et du comportement quotidien de la société chinoise.

Kongfuzi, Le Maître

Les données de la vie de Confucius sont basées essentiellement sur une biographie idéale, une véritable vie de saint, rédigée par les disciples de la doctrine.

Confucius serait né le 28 septembre 551 av. J.-C., au royaume de Lu, dans la province du Shandong. Issu d'une famille pauvre, mais d'ascendance illustre, car il remonterait à la dynastie des Shang, il devint orphelin à son plus jeune âge. 

Confucius, dont le nom latinisé est composé du nom de famille « Kong » et d’appellations honorifiques, signifiant « maître » (Fu et Zi), aurait eu deux enfants, il obtint un poste de fonctionnaire, avant d'entreprendre un voyage à « Luoyang », capitale de la dynastie Zhou, où il aurait rencontré le philosophe taoïste Lao-Tseu. 

Cette rencontre supposée entre ces deux grands penseurs, a suscité bon nombre de commentaires et d’œuvres d'art.

Persuadé qu'il était nécessaire de moraliser la politique, Confucius, nommé gouverneur de la ville de « Zhongdu », chercha à mettre en pratique ses préceptes sur la gouvernance idéale. 

Ses disciples affirmèrent que son exercice du pouvoir fut si remarquable qu'« au bout d'un an aux quatre points cardinaux tous le prenaient pour modèle ». 

La tradition fait toujours de lui, un intendant des travaux publics, un ministre de la Justice vers l’an 5 av. J.-C., et un conseiller politique de la principauté de Lu. Écarté de ce dernier poste, il reprit à partir de l’an 497, sa vie d'errance et arriva dans la principauté de Wei.

Au terme de quatorze ans d'absence, Confucius serait rentré dans son pays natal et se serait alors entièrement consacré à l'étude des textes, des chants et des rituels anciens. 

Selon l'historien Sima Qian, il compila, remania ou rédigea plusieurs parties des grands textes canoniques de l'antiquité, notamment le Livre des documents « Shujing », le Livre des odes « Shijing » et le Livre des mutations « Yijing ». 

Il aurait aussi composé une chronique de la principauté de Lu, les Annales des printemps et des automnes « Chunqiu ».

Confucius serait mort le 11 mai 479 av. J.-C., à l'âge de soixante-douze ans, il aurait été inhumé non loin de la capitale de Lu. 

Le site présumé de sa sépulture devint un lieu de sacrifices dédiés à sa mémoire.



Billet proposé par Aron O’Raney