Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Le Sourire De Mona Lisa Est-il « Faux » ?

Jean-Pierre Muller — AFP
La Joconde, De Leonard De Vinci, Au Musée Du Louvre.

Une Équipe De Chercheurs Espagnols A Mené Une Étude Pour Mieux Comprendre Les Mécanismes Cérébraux De Reconnaissance Des Émotions Chez Les Autres.

Jusqu'où notre cerveau est-il capable de distinguer un « vrai » d'un « faux » sourire? Le héros de la série « Mentalist »le ferait « les doigts dans le nez ». Mais si lui connaît le scénario, cela est loin d'être le cas dans la vie courante, hors caméra. Car il peut être radieux ou triste, triomphant, hésitant, résigné, jusqu'aux oreilles… 

Si toutes ces expressions existent, c'est qu'elles doivent bien correspondre à des formes bien spécifiques sur le visage. Et que, dans certains cas, nous sommes capables de les reconnaître. Mais pas à coup sûr. 

Le sourire de Mona Lisa cache-t-il un mensonge

Bien malin qui pourrait le dire. Pour tenter de mieux comprendre les mécanismes cérébraux par lesquels notre reconnaissance des émotions chez les autres peut être altérée et trompée, des chercheurs espagnols des îles Canaries ont imaginé une série d'expériences.

Ainsi, l'équipe de chercheurs de l'université de La Laguna a telle élaboré une série de photos de visages comportant, d'une part, des bouches souriantes associées à des yeux exprimant le même état émotionnel, d'autre part, les mêmes sourires associés à des yeux reflétant des émotions différentes de la joie. 

« Le sourire joue un rôle fondamental pour reconnaître la joie chez les autres, explique David Beltran Guerrero, l'un des auteurs de ces travaux. Mais, comme nous le savons, nous ne sommes par réellement heureux à chaque fois que nous sourions. »

Expressions ambiguës ou équivoques

L'étude a révélé quelques nouveautés. « L'influence du sourire est très dépendante du type de tâches données aux participants, note Beltran. Cela signifie donc que nous sommes influencés dans notre vie quotidienne par le type d'activité que nous menons lorsque nous avons à « évaluer » un sourire. » 

Si la tâche est essentiellement de perspicacité, comme la description de certains traits du visage, le sourire pèse d'un poids très important sur le choix entre les expressions ambiguës et celles qui sont non équivoques. 

A contrario, si la tâche est directement de catégoriser des expressions, dire si la personne photographiée est joyeuse, triste ou autre, l'importance du sourire est moindre.

Cette étude confirme que le sourire capte le regard de celui qui le voit beaucoup plus que toute autre expression faciale. Induisant en erreur sur sa signification. Par des mesures du mouvement des yeux, il a été montré que si le regard se portait en premier sur la bouche plutôt que sur les yeux, le risque d'erreur sur l'évaluation du sourire (vrai ou faux) était plus grand. 

Si la Joconde avait été filmée plutôt que peinte, nous pourrions voir dans ses yeux ce que signifiait son sourire. Heureusement qu'elle a été peinte.



Le figaro — Jean-Luc Nothias — 18 octobre 2013



Billet proposé par Aron O’Raney