Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

La Symbolique Du Nombre UN


Le « UN » Est Le Symbole De L’homme Debout, Seul Être Vivant Ayant Cette Faculté; Certains Anthropologues Soulignent La Verticalité Comme Critère Distinctif De L’Homme.

Le « UN » première puissance, le nombre de l’unité… Père de tous les Nombres, premier Nombre manifesté, il est le premier dans une hiérarchie d'autorité ou de puissance, le début du Tout. Symbole du père, il incarne l'autorité, et la dynamique. 

Le « UN » est le Principe Non manifesté, de lui cependant provient toute manifestation, et c'est à lui qu'elle revient, son existence achevée. Il est le principe actif et le Créateur. 

Le « UN » apparait figuré par la pierre dressée, le bâton vertical, et le phallus érigé, il représente ainsi l'homme actif, partenaire du grand œuvre de la création.

Le « UN » est représenté par « Aleph » la première lettre de l'alphabet Hébraïque;  et par « Alif » première lettre aussi, de l'alphabet Arabe. 

Le « UN » règne sur l'esprit, la volonté, et le savoir-faire.

— Selon Agrippa, — « le nombre « 1 » se rapporte au Dieu suprême, à la fois Un et Innombrable, il engendre les éléments Nombrables et les contient en Soi ». 

— Selon Saint-Augustin l'Unité se rapporte « au Dieu suprême, Principe de toutes choses ».

— Selon la symbolique chrétienne « UN » est le Symbole de l'essence, c’est le chiffre du Dieu-Père dans la Trinité, et aussi celui d’une Unité parfaite de la Sainte Trinité.

— Selon Pascal, « tout l'univers est contenu dans l'Unité ». Les anciens alchimistes grecs disaient pour leur part que « l'Univers est Un ».

— Malebranche indique « qu'il n'y a rien de grand par soi-même et sans rapport à autre chose, sinon l'Infini et l'Unité ».

— Selon Lao-Tseu, sans le « Un » la terre n'aurait pas sa tranquillité ni le ciel sa sérénité.

— Selon Aristote et sa Métaphysique, c’est par évidence le nombre de l'Unité, donc de l'Être, du Tout, de l'essence fondamentale de Dieu.

— Selon Athanase, le Dieu des chrétiens est le Dieu Un, Univers signifie « tourné vers Un ».

— Selon Edgar Cayce, — le « UN » c'est le commencement... Avant le « UN » il n'y a rien. Après le « UN » il n'y a rien, tout est en « UN » — comme il n'y a qu'un Dieu, il n'y a qu'un Fils, qu'un Esprit. — Le « UN » est alors l'essence de toute force, de toutes formes d'énergie. Toutes activités émanent du « UN ».

— Selon Etchegoyen, les propriétés de l'Unité sont : l'infini absolu, l'égalité, l'éternité, l'immutabilité et l'universalité. Par ces propriétés, l'Unité s'oppose à la pluralité qui possède les attributs inverses.

— Héraclite disait : « de la multiplicité des choses provient l'Un, et de l'Un la multiplicité ».

Le lieu symbolique de l'être, est encore le « UN » où coexiste, Source et Fin de toute chose, il est un centre cosmique et ontologique. Symbole de l'être, mais aussi de la Révélation, qui est la médiatrice pour élever l'homme par la connaissance à un niveau d'être supérieur. 

Le « UN » est aussi le centre mystique, d'où l'Esprit rayonne, comme le soleil.

Le cercle sans commencement ni fin est la figure symbolique du « UN ». Le cercle et son centre, un point le « centre du monde », le lieu de focalisation qui unifie toutes les parties et les rend égalitaires, depuis lequel est perçue la globalité. 

Le rond, la sphère, la graine, le nid symbolisent l'unité, l'éternité.

Tout d'abord, « UN » (Yak) représente Dieu l’Unique; il s'écrit de la même façon que la lettre Alif (a), la première de l'alphabet arabo-persan. Dans l'alphabet abdjad (A.B. DJ.D) cette lettre possède la valeur « UN » (voir Di'wah). 

Dans la littérature et les légendes chevaleresques, le héros, affirme fièrement son appartenance à la culture islamique répandue en Orient, dont la devise est « il n'y a d'autre dieu que Dieu l'Unique ». 

Le héros devient le défenseur de la doctrine religieuse dont il a été abreuvé, pour préserver sa communauté, il s'attaque aux adeptes d’autres religions, tels les chrétiens, juifs, zoroastriens et brahmanes. C'est une lutte dont le « UN » représente en quelque sorte l'enjeu.

Lorsqu'un croyant pénètre à la cour d'un roi ou d'un émir Non-Musulman, il déclare avec défi : Mon salut, dans cette cour, va vers celui reconnaissant que « dans les dix-huit mille univers Dieu est UN ».

Dans les récits légendaires et les thèmes folkloriques, le Dieu unique est souvent symbolisé par le « UN ».

Jung a distingué toute une série de symboles qu'il appelle symboles unificateurs; Ceux qui tendent à concilier les contraires, à réaliser la synthèse des opposés, par exemple la quadrature du cercle, les mandalas, les hexagrammes, le Sceau-de-Salomon, la roue, le Zodiaque, etc.

Le symbole unificateur est chargé d'une énergie psychique extrêmement puissante, il apparaît dans les rêves, lorsque le processus d'individualisation est avancé. 

Le sujet est alors capable d'assumer cette énergie pour réaliser — l’harmonie entre conscient et inconscient, — le point d’équilibre des contraires — la coexistence de l'irrationnel et du rationnel, — du réel et de l'idéal — du concret et de l'abstrait. 

La totalité s'unifie en son Être, et sa personne s'épanouit dans cette totalité.



Aron O’Raney