Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Entrer Dans Le Monde Intérieur



Il y a trois moyens pour se débarrasser des servitudes du monde : 

— Le karma et la prière, c'est-à-dire l’accomplissement de bonnes actions avec pour but le bien de votre corps, de votre esprit et du monde en obéissance aux lois de nature. 

Puis, Prendre le nom de Dieu mentalement ou oralement et parler des vérités divines;

— Chercher les réalités de l'existence par une méditation constante, en renonçant à toute autre pensée

— L’existence de repos ou de relaxation. C'est la fin de tout effort personnel, le sens de l'identité entre le corps et l'âme a été arraché. 

Le résultat final est la réalisation de l'égalité de tous les êtres et le repos dans la Vérité absolue.




L’Ektara (1) ne peut donner qu'un accord, tandis que l'harmonium peut donner sept notes. 

Les notes variées de l'harmonium plaisent à beaucoup de gens, mais pour les gens réfléchis le son unique, bien que monotone, de l’ektara est agréable parce que les sept notes sont toutes des dérivés de cette note originelle. 

Considérez votre corps comme l’Ektara, fixez-y la corde de votre pensée et jouez continuellement sur lui le chant de Dieu. 

Ainsi vous arriverez à aimer la musique divine; rien d'autre ne vous apportera la joie.


(1). L'ektara est un instrument de musique à une seule corde. Il n'est pas rare, dans la musique instrumentale hindoue, que l'un des instruments, par exemple le petit harmonium à main, tienne une seule et même note pendant toute la durée d'un morceau, faisant ainsi une sorte de « toile de fond » sur laquelle se déroule la mélodie.




Les pensées rident notre esprit, tout comme le vent ride la surface de l'eau. 

Essayez de chasser les pensées, pour arriver à la sérénité en rendant votre esprit aussi vide que possible. 

Observez de temps à autre le vœu de silence; cela augmentera considérablement votre pouvoir de concentration. 

Toutes les fois que vous voyez des pensées mondaines envahir votre esprit, chassez-les résolument par tous les moyens qui sont en votre pouvoir.




De même que l'on peut clarifier un sirop de sucre en le faisant bouillir avec quelques gouttes de lait, de même vous pouvez enlever les samskâras qui obscurcissent votre esprit, en ayant des pensées tournées vers Dieu. 

Les mondains ne commencent en général à s'adonner aux exercices religieux que lorsqu'ils sont vieux, ils s'en fatiguent vite, et ne savent plus que faire. 

C'est pourquoi, l'homme doit s'engager jeune dans la voie de la religion, et modeler sa vie en donnant la toute première place, à la pensée de Dieu. 

S'il s'y prend à temps, il n'aura pas dans sa vieillesse, à mendier la grâce de Dieu en pleurnichant. 

N'oubliez jamais cela, c'est très important. 

L'argent et les richesses que vous gagnez sont pour entretenir le corps : la culture des vertus est tout aussi nécessaire pour l'âme. 

Un rustre illettré qui est le fils de parents distingués et cultivés est un objet de dérision, mais si après avoir atteint en l’homme la plus haute phase de l'évolution, vous n'arrivez pas à connaître votre Moi, vous serez encore bien plus à plaindre que lui.



Aux Sources de la Joie — 80,81,82,83 —



Mâ Ananda Moyî



Billet proposé par Aron O’Raney