Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Plus Jamais Seul…



Celui Dont Le Cœur Est Éveillé N’est Plus Jamais Seul Car C’est Le Propre Du Cœur De Demeurer En Communion Avec Tous Les Êtres, De Tutoyer Les Mille Et Une Choses; Le Problème C’est Bien D’avoir Un Cœur Car Comme Le Disent Les Anciens : « Aie Un Cœur Et Tu Seras Sauvé. » 

On Ne Peut Donner Que Ce Qu’on A Reçu. 

On ne naît pas avec un cœur, on le reçoit, on le reçoit parfois de l’affection d’une mère, d’un homme, d’une femme, parfois de la simple présence d’un chien, d’un chat, d’un arbre. 

Il arrive aussi, quand tous ces êtres chers ont fait défaut, qu’ils sont partis ou qu’ils ne sont jamais venus, il arrive qu’on reçoive son cœur de rien; au plus profond de la solitude nous sentons que la vie nous aime, 

Qu’un souffle nous embrasse, qu’une présence nous enveloppe, qu'une existence nous « existensifie » Simplement être là, c’est être aimé et c’est dans l’adhésion à ce simplement être là que peut naître le cœur. 

Être rien et Être aimé c'est ce qui va nous rendre capables, peut-être, d'aimer tous ces Êtres qu'on avait Justement réduits à rien en oubliant de les aimer. 

On s'approche alors sans doute du secret de ces grands solitaires qui portent en eux le souci de tous les hommes ou de ces bodhisattvas qui ne peuvent pas connaître la béatitude tant qu'un seul Être souffre. 

Le secret c'est de pouvoir être seul et de demeurer aimant, sans objet précis à offrir à l'intensité de son désir, mais demeurer pourtant dans l'intensité de ce désir. 

On N’est Certainement Pas Loin Alors De Cet Amour Numineux « Qui Fait Tourner La Terre, Le Cœur Humain Et Les Autres Étoiles… »

Faut-il rappeler qu'on parle trop facilement d'amour; ce n'est pas si naturel d'aimer, il est même dans la nature du Moi de ne pas aimer, de demander sans cesse sans jamais pouvoir donner. 

Elle était vraie la prière de Marie Noël : « Mon Dieu je ne vous aime pas. » 

N'est-ce pas ainsi que devrait commencer toute relation : 
« Je ne vous aime pas. Je veux seulement être aimé. » 

Dire cela n'est pas seulement une boutade, c'est peut-être se donner une chance pour que cela change, c'est peut-être donner une chance au Soi qui aime dans le cœur ouvert de ce qui n'aime pas. 

Paradoxalement l'expérience extrême de la solitude peut faire « craquer » le Moi ou le cœur fermé. 

Craquelures De L’étant D’où L’être Paraît… 

On peut vivre sans pourquoi, 

On ne peut pas Vivre sans pour qui, ce « qui » n'est pas moi ou un autre moi, ni objet ou sujet extérieur, c'est le Soi même. 

Vivre non égoïstement pour le Soi, vivre pour que le Soi vive, de nouveau « laisser être » Celui qui Est comme Celui qui Aime. 

L'existence de solitaires numineux atteste cette possibilité. 


Extrait de « Manque et Plénitude » 



Jean-Yves Leloup



Billet proposé par Aron O’Raney