Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Le Mahatma Gandhi, Apôtre de la Non-Violence




« La Vérité Est Sans Valeur, Si Elle N’est Pas Incarnée Par Des Hommes Qui La Représentent En Prouvant Qu’ils Sont Prêts À Mourir Pour Elle » Gandhi, Lettre À L’âshram.

Gandhi naît en Inde en 1869 dans une famille aisée de la caste des marchands, son père comme son grand-père est au premier plan de la vie politique locale, sa mère est profondément religieuse.

Il fera de ces influences une alchimie toute personnelle, singulière en conciliant objectifs politiques, exigences économiques et tradition religieuse.

Il deviendra ainsi le Mahatma Gandhi, leader indépendantiste non violent connu et reconnu, assassiné le 30 janvier 1948.

« Mon travail sera terminé si je réussis à faire partager par le genre humain la conviction que chaque homme ou femme, aussi faible qu’il soit, est le gardien de sa propre dignité et de sa propre liberté. » 

Cette phrase, philosophique au premier abord, définit clairement l’idéal de Gandhi et dessine en filigrane un projet de société très politique.

Cet idéal sera le fil conducteur de toutes les batailles qu’il va engager. La plus connue est bien sûr celle contre l’occupant britannique.

Sur le terrain économique, la récolte du sel de ses mains, le tissage de ses vêtements sont des gestes symboliques d’une portée colossale sur l’état d’esprit des masses indiennes.

Il souhaite ainsi que chacun se sente responsable de sa situation personnelle et de la situation globale de l’Inde et découvre la puissance d’une action collective. 


Sur le terrain social, il militera pour la disparition du statut de paria des Intouchables.

Il faut également se souvenir des efforts accomplis sur lui-même pour pouvoir mener l’existence ascétique qu’il a choisie et dont l’impact sur une société imprégnée de religion a été décisif pour motiver et convaincre les foules de le suivre

sur la voie de la résistance non violente et de la non-coopération ; n’oublions pas non plus les jeûnes nombreux et longs qu’il s’impose pour marquer sa détermination et ébranler les certitudes de ses adversaires.


La personnalité riche, complexe de Gandhi ne se laisse pas synthétiser facilement.

Le courant hagiographique qui circule en Occident à son sujet a quelque peu laissé de côté l’incompréhension et même la désapprobation qu’ont reçues certaines de ses prises de position et décisions.

Par exemple son soutien à l’Angleterre lors de la guerre des Boers en Afrique du Sud, son acceptation un peu trop rapide aux yeux de ses partenaires politiques de certaines concessions accordées par le pouvoir britannique, l’impréparation des négociations lors de l’arrêt des campagnes de résistance passive...


Gandhi a été un homme politique non conventionnel, aux méthodes non conventionnelles.
Il s’est appuyé sur sa religion pour penser, agir et réagir aux circonstances.

Le pouvoir politique, l’action n’étaient pas des fins en-soi, mais des moyens de construire une société dynamique, plus juste, libérée du joug du colonisateur.

Le chemin de la non-violence qu’il a ouvert devait conduire l’homme à s’élever et non à humilier son ennemi.

Aujourd’hui, il n’y a guère que Aung San Suu Kyi, en Birmanie, qui s’inspire de son exemple pour gagner son combat contre la junte militaire.


Source : planete-libertes.info/gandhi.htm



Gandhi (1869 — 1948)



Billet proposé par Aron O’Raney