Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

L’Homme Et L’Homme Noble


  



Tandis que l’homme se moque
Et se gausse d’autrui

L’homme noble reste impassible, 
Sérieux et muet.


Tandis que l’homme se plaint
Des fautes d’autrui

L’homme noble comprend et jauge
L’homme en son esprit


Tandis que l’homme met la faiblesse
D’autrui à découvert

L’homme noble la couvre avec
Le voile de sa générosité


Tandis qu’il est égal à l’homme
De causer de l’ennui à un autre,

L’homme noble prend soin
De ne faire de mal à personne.


Tandis que l’homme prend
Tous les agréments pour lui

L’homme noble pense
D’abord à son voisin.


Tandis que l’homme,
Ayant fait quelque grande chose,
S’en vante avec orgueil,

L’homme noble la voile
Sous le manteau de sa modestie.


Tandis que l’homme prend offense
De la moindre cause,

L’homme noble demeure poli
En toute occasion dans la vie.




Extrait de « The Sufi, a quarterly magazine » Vol. III, No 3 de janvier 1919 — Revue La pensée Soufie No 52 1976 — Extrait de l’éditorial. Le titre de 3e Millénaire.



Hazrat Inayat Khan



Billet proposé par Aron O’Raney