Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Entraîner Son Esprit






Nous Déployons Beaucoup D’efforts Pour Améliorer Les Conditions Extérieures De Notre Existence, Mais En Fin De Compte C’est Toujours Notre Esprit Qui Fait L’expérience Du Monde Et Le Traduit Sous Forme De Bien-Être Ou De Souffrance.


Si nous transformons notre façon de percevoir les choses, nous transformons la qualité de notre vie. 

Et ce changement résulte d’un entraînement de l’esprit que l’on appelle méditation.

Selon le bouddhisme, « méditer » signifie « s’habituer » ou « cultiver ». 

La méditation consiste à se familiariser avec une nouvelle manière d’être, de gérer ses pensées et de percevoir le monde.

On entend souvent dire que le bouddhisme vise à supprimer les émotions.

Tout dépend de ce que l’on entend par « émotion ».

S’il s’agit de celles qui perturbent notre esprit, comme la haine, l’anxiété et la jalousie, pourquoi ne pas s’en débarrasser ?

S’il s’agit, au contraire, des sentiments d’amour altruiste ou de compassion à l’égard de ceux qui souffrent, pourquoi ne pas les développer ?

Tel est, en tout cas, le but de la méditation.

Pour ce faire, l’introspection bouddhiste a recours à deux méthodes : l’une analytique, l’autre contemplative. 

L’analyse consiste à examiner la nature de la réalité, laquelle est essentiellement interdépendante et impermanente, et à évaluer honnêtement les tenants et les aboutissants de nos souffrances et de celles que nous faisons subir à autrui.

L’approche contemplative consiste à tourner notre attention vers l’intérieur et à observer, derrière le voile des pensées et des concepts, la nature de la « conscience pure » qui sous-tend toutes pensées et permet leur apparition.

Cette faculté fondamentale de « connaître » existe en l’absence de constructions mentales et d’objets de pensée.

Les applications pratiques de ces recherches

Sécularisées et validées scientifiquement, ces techniques de méditation pourraient, par exemple, être utilement intégrées au programme d’éducation des enfants 

– une sorte d’équivalent mental du cours d’éducation physique 

– ainsi que dans la prise en charge thérapeutique des problèmes émotionnels chez l’adulte.

Depuis trois ans, l’Institut Mind and Life a également organisé des rencontres de travail visant à concevoir un programme d’intervention dans l’éducation pour développer de manière laïque l’altruisme, l’équilibre émotionnel, l’attention et à réduire le stress.

Une rencontre plénière avec le Dalaï-Lama sur ce sujet est prévue à Washington en octobre 2009. 

Un programme sera ensuite mis à l’essai dans plusieurs écoles américaines et les résultats seront comparés avec ceux d’un groupe témoin.

Ainsi, ces récentes découvertes scientifiques ont changé notre perception de l’évolution du cerveau au cours de la vie. 

Les esprits commencent à être prêts à accepter que ce n’est pas de la fantaisie et que l’on touche au cœur des neurosciences et de la neurosplasticité, un domaine lui-même relativement nouveau.

Parallèlement, les nouvelles techniques d’IRM et d’électroencéphalogrammes, de plus en plus puissantes et sophistiquées, conjuguées avec la participation de contemplatifs expérimentés, nous ont menés à un âge d’or des « neurosciences contemplatives ». 

C’est passionnant et il y a encore tant à découvrir.


Extrait de « Neurosciences Et Méditation »


Matthieu Ricard



Billet proposé par Aron O’Raney