Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Druzes Et Franc-Maçonnerie





Les Druzes Pratiquent Une Religion Ésotérique Dont La Doctrine Secrète N’est Révélée Qu’aux Initiés.


Sont-ils musulmans peut-on alors se demander ?


Oui répondent les autorités en la matière, mais le doute persistera toujours puisque leur doctrine reste cachée pour qui n’est pas druze.

On sait pourtant qu’elle mêle des idées du gnosticisme et du courant néoplatonicien, tout cela dans un messianisme abrahamique traditionnel.

Ce qui est moins traditionnel est qu’ils adhèrent à une forme de transmigration de l’âme.

Cependant, comme il est d’usage dans le monothéisme, ils seront les seuls à être sauvés le jour du jugement dernier.

Chacun sait que la fin des temps n’est pas œcuménique, reste qu’elle est probablement encore lointaine.


L’Initié druze ne consomme ni porc, ni alcool, mais ne jeûne pas pour autant pendant le Ramadan.

Il n’est pas concerné par les cérémonies musulmanes à une exception près qu’est l’Achoura, l’assassinat du petit-fils du Prophète par les sunnites (et d'autres significations selon le pays).

Il est amusant de se souvenir que les femmes, aux débuts du druzisme à la charnière entre le premier et le second siècle, ne peuvent sortir de chez elles et que les cordonniers n’ont pas le droit de leur fabriquer des chaussures.

Étoile Druze


Très vite, les choses ont bien changé et particulièrement dans ce contexte musulman, car, par exemple, les femmes sont admises à l’initiation au même titre que les hommes et la polygamie est interdite.


Par bien des points, les droits de la femme druze diffèrent des droits de la femme musulmane classique, car non seulement elles peuvent divorcer sans le consentement de leur mari, et le divorce se fait généralement au bénéfice de l’épouse, mais elles ont en plus un droit de regard sur leurs richesses personnelles.


Leur image sociale est en conformité avec leur image religieuse, atypique, à tel point que s’ils vivent en Israël ils acquièrent le curieux statut de citoyen israélien « non juif », en étant considérés comme « non arabe », mais pas non-musulman, par les autorités israéliennes.


Les Druzes n’ont pas pour obligation de suivre les « cinq piliers de l’Islam » (aumône, pèlerinage, jeûne…)

Ils ne sont donc pas tenus de prier dans une mosquée, qu’elle soit sunnite ou chiite.

Ils ne sont pas non plus soumis à la charia, et ne peuvent donc être convoqués par un tribunal dans ce but.

Sans lieux de culte nécessaire, ils sont naturellement sans liturgie bien qu’il existe des assemblées religieuses dans les maisons de prières (hilwah), mais sans liturgie ne signifie pas, au moins dans ce cas, sans rite.


Ils sont divisés entre ignorants et initiés, 


— Un Ignorant druze devant généralement atteindre une quarantaine d’années pour accéder à l’initiation; en référence au Prophète Mohammad qui reçut les révélations de Dieu à cet âge.

— Les lettrés, qui sont des initiés, se réunissent en privé dans la khalwa (la loge), après avoir été reconnu, un « Tuileur » s’assure de l’appartenance à la communauté druze par des mots de passe, signes et attouchements.

Tous ces parallèles frappants conduisent Gérard de Nerval à les appeler les francs-maçons de l’Orient.


Cinq degrés les structurent, ils possèdent leur symbolique des couleurs, géométriques, numérologiques ou architecturales.

Autant de points de rapprochement avec la maçonnerie occidentale et auxquels le rite œcuménique est plusieurs fois redevable.


Source : averroes-roubaix.org



Billet proposé par Aron O’Raney