Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Les Poètes De Sept Ans


  


Nul ne saurait être abusé par l’emploi du pluriel dans le titre :
ce poème est puissamment autobiographique.


Après 1860, année de naissance de son cinquième et dernier enfant (une fille), Vitalie Rimbaud, mère du poète, désormais séparée de son Capitaine de mari, qui ne remettra plus jamais les pieds à Charleville, déménage de la rue Napoléon à la rue Bourbon, nettement moins reluisante.

Rigide, sévère, pointilleuse sur la respectabilité, vigilante à assurer auprès de ses enfants une éducation stricte, elle rend le climat familial austère et étouffant, en ce quartier à la limite des faubourgs ouvriers.

Le jeune Arthur se montre un excellent élève.

Mais il bout intérieurement, refuse les conventions, s’essaie à la poésie et à la littérature, s’éveille à la sensualité et à la sexualité, et rêve d’évasion, d’aventure et de révolte.

Le Poète et futur Homme aux semelles de vent est déjà tout entier évoqué en ce poème.






Billet Audio — Donneur de voix : Alain Degandt Durée : 4 min



Arthur Rimbaud



Billet proposé par Aron O’Raney