Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

C’est Écrit…






MAKTUB signifie « c’est écrit ».

Pour les Arabes, « c’est écrit » n’est pas une bonne traduction, car, bien que tout soit déjà écrit, Dieu est miséricordieux et Il n’use Son stylo et Son encre que pour nous venir en aide.

Le voyageur se trouve à New York.

Il s’est réveillé tardivement et, lorsqu’il sort de l’hôtel, il découvre que la police a embarqué sa voiture. 

Il arrive en retard à son rendez-vous, le déjeuner se prolonge plus que nécessaire, et il pense à l’amende qu’il va devoir payer, qui va lui coûter une fortune.

Soudain, il songe au dollar qu’il a trouvé la veille.

Il imagine une relation surnaturelle entre ce billet et les événements de la matinée.

« Qui sait si je n’ai pas ramassé ce billet avant que celui à qui il était destiné ne le trouve ?

Peut-être ai-je enlevé ce dollar du chemin d’une personne qui en avait besoin. 

Peut-être ai-je interféré dans ce qui était écrit. »

Il éprouve le besoin de se débarrasser du billet.

À cet instant, il aperçoit un mendiant assis par terre et le lui tend.

« Un moment, s’exclama ce dernier. Je suis poète. Pour vous remercier, je vais vous lire un poème. 

— Alors, qu’il soit court, car je suis pressé », répond le voyageur.

Le mendiant rétorque : 

« Si vous êtes toujours en vie, c’est que vous n’êtes pas encore arrivé là où vous deviez arriver. » 



Extrait de « Maktub » 


Paulo Coelho



Billet proposé par Aron O’Raney