Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Archipel De La Tyrannie, Mswati III Le Dictateur Excentrique Du Swaziland


À Mbabane dans le Swaziland, le 6 septembre 2008, le roi Mswati III SWAZILAND,
lors du 40e anniversaire de l'indépendance du pays. (AFP / PABALLO THEKISO)



Avec son pagne, ses plumes dans les cheveux et son collier de perles, Mswati III, 43 ans, quinzième fortune du monde selon le magazine « Forbes », est un outrancier excentrique.

Amoureux des voitures de luxe et des fêtes décadentes, marié à 13 reprises, il règne depuis 26 ans sur le petit Swaziland, un royaume enclavé entre l'Afrique du Sud et le Mozambique.

Fils du roi Sobhuza II, le père de l'indépendance accordée en 1968 par les Britanniques, « Le Lion » est une figure centrale dans la culture du pays.

Avec une fortune personnelle de 76 millions d'euros, le roi multiplie les dépenses pour lui et ses femmes qui habitent chacune dans un palace, disposent de leur propre personnel et de voitures de fonctions de luxe. 

Quand il se déplace, des crieurs chantent ses louanges sur son passage.

Dernier excès en date, le dernier monarque d'Afrique aurait reçu en cadeau un jet de la part de partenaires économiques. Une explication qui ne convainc pas.

Les festivités de son anniversaire, le 19 avril, avaient déjà coûté 293.000 euros payés en partie par les fonds de l'État. 


Autre événement qui accapare une bonne partie des dépenses : la fastueuse fête des Roseaux, où des vierges dansent, seins nus, en l'honneur du souverain.

Le pays aurait mieux à faire de son argent.

40 % de la population est atteinte du sida. Et le Swaziland est l'un des pays les plus pauvres au monde : 60 % de la population vit avec moins de deux dollars par jour.

L’économie du pays n’est pas viable, les investisseurs étrangers sont aux abonnés absents.

Le pays est de surcroît au bord de la banqueroute. 

Au point que Mswati III a sollicité, et obtenu, une aide financière de 260 millions d'euros du voisin sud-africain.

Ses abus ont fini par révolter la population.

En avril 2011 et avril 2012, des manifestations appelant au départ du roi ont été durement réprimées.

Partis politiques interdits, élections jouées d'avance, presse aux ordres du ministère de l’Information...

Le Swaziland est bien une dictature cachée.

Une partie de l'opposition appelle à isoler le monarque sur la scène internationale, l'accusant d'être un despote et de s'enrichir au détriment de son peuple, mais sans grand écho pour l'instant.

En mai, le roi Mswati III aura ainsi pu tranquillement déjeuner au château de Windsor et poser sur la photo de famille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II...


30 juillet 2012 — Nouvel Observateur — Sarah Diffalah.




Billet proposé par Aron O’Raney