Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Sourire







Je souris à l’étoile qui au ciel encore luit,
Au soleil qui lentement nous sort de la nuit,

À ce jour qui commence, à l’oiseau qui m’enchante,
Je souris au monde et le monde me sourit.


Je souris à l’enfant qui vient sur mon chemin,
Je pense aussi à tous ceux qui ont faim,

Ceux qui loin dans le monde vivent dans la misère,
Qui ont connu la guerre, qui ont perdu leur mère.


Si parfois mon sourire se mouille de pleurs,
En voyant de ce monde la profonde douleur,

Je veux sourire encore à travers mes pleurs,
Sourire à la vie, sourire à la mort.


Et quand le jour viendra où il fera très froid,
Où je ne laisserai plus la trace de mes pas,

Par le courant de la vie qui jamais ne s’arrête,
Me laisserai-je entraîner sans regarder derrière.


La peur alors ne fermera plus le chemin,
Mon coeur — tout grand — s’ouvrira enfin,

Je deviendrai alors le sourire de la terre,
De la fleur de l’oiseau de la pluie et du vent.


Et un jour, peut-être, dans un petit enfant,
Je rouvrirai les yeux aux merveilles de la vie,

Et un peu plus aimant, un peu plus souriant,
Je continuerai ce beau chemin.



buddhaline.net


Jean-Pierre Maradan



Billet proposé par Aron O’Raney