Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Le Symbolisme De La Croix Ânkh






L'Ânkh Est Le Hiéroglyphe Égyptien Du Mot « Nḫ » Se Traduisant Par « Vie ». Ce Symbole Était Aussi Nommé En Latin « Crux Ansata » Croix Ansée.


L'Ânkh était considéré comme la croix de vie, symbole à la fois d'immortalité et de pouvoir des pharaons, mais elle était aussi la clé d'accès au royaume des morts.

La croix ansée suggérait donc essentiellement « vie éternelle et pouvoir »

L’origine de la croix Ânkh a donné lieu à différentes supputations, telles : 

— L’identification à une courroie de sandale, dont la boucle entourait la cheville.

— Une vertèbre de bœuf.

— Un utérus stylisé.

— Le Nil, comme source de vie des Égyptiens.

— L'axe vertical serait la divinité, et l'axe horizontal le monde physique.

L'Ânkh accompagnait les cérémonies rituelles elle servait également de talisman aux Égyptiens.

On la voyait souvent aux doigts d'une divinité.

Les pharaons l’utilisaient en tous lieux, et elle était présente dans les temples, ou sur les momies.

Les Dieux la portaient à la main comme la clé de la connaissance.

Certaines gravures Égyptiennes, figurent Anubis le Dieu des Morts, remettant la croix Ânkh aux pharaons.

L'Ânkh Dans Une Culture Élargie Du Symbole

Croix ou noeud magique appelé « le vivant » (de Nem Ankh) fréquemment utilisé dans l'iconographie des contraires.

Elle pourrait représenter par l'ovale dominant une croix le soleil, le ciel et la terre, au sens du macrocosme, et l'homme, comme microcosme.

On l'interprète souvent comme un signe exprimant la conciliation des contraires, ou l'intégration des principes Actif et Passif, ce que semble confirmer le fait qu'elle représente, couchée, les doubles attributs sexuels ; de même, une figure indienne de l'androgyne, debout sur une fleur de lotus, de façon très réaliste.



Interprétée d'une façon plus traditionaliste elle est, selon Champdor, 

« Le symbole de millions d'années de vie future. Son cercle est l'image parfaite de ce qui n'a ni commencement ni fin : il représente l'âme qui est éternelle parce qu'elle est issue de la substance spirituelle des Dieux : la croix figure l'état de transe dans lequel se débattait l'initié, plus exactement elle représente l'état de mort, la crucifixion de l'élu et, dans certains temples, l'initié était couché par les prêtres sur un lit en forme de croix… 

Quiconque possédait la clé géométrique des mystères ésotériques, dont le symbole était précisément cette croix ansée, savait ouvrir les portes du monde des morts et pouvait pénétrer le sens caché de la vie éternelle (cham, 22) ».

Les Dieux et les Rois, Isis presque toujours, l'ont en main pour indiquer qu'ils détiennent la vie, qu'ils sont donc immortels ; les défunts la tiennent en main à l'heure du jugement de l'âme, ou sur la barque solaire, pour indiquer qu'ils implorent des Dieux cette immortalité.

Cette croix symbolisait encore le centre, d'où s'écoulent les qualités divines et les élixirs d'immortalité ; la saisir entre ses mains, c'était s'abreuver aux sources mêmes.

La croix était parfois tenue par le haut, par l'anse, surtout au cours des cérémonies funèbres ; elle évoquait alors la forme d'une clé, et elle était vraiment cette clé qui ouvrait la porte du tombeau sur les champs d'Ialou, sur le monde de l'éternité.

Parfois, la croix ansée est tenue au milieu du front, entre les yeux ; elle indique alors l'être initié aux mystères et l'obligation du secret ; c'est la clé qui ferme les arcanes aux profanes.

Celui qui bénéficie de la vision suprême, qui a été doué de clairvoyance, qui a percé le voile de l'au-delà, ne peut tenter de révéler le mystère, sans le perdre à jamais.

La croix ansée est souvent rapprochée du nœud d'Isis, comme symbole d'éternité. 

La boucle symbolise l'essence infinie de l'énergie vitale, identifiée à Isis, d'où découle toute manifestation de vie. 

Elle est portée comme un talisman, et s'assimile ainsi à l'Arbre de Vie, avec son tronc et sa frondaison.

Le nœud d'Isis, ajoute au sens de signe de vie et d'immortalité, celui des liens qui rattachent à la vie mortelle et terrestre, qu'il convient de dénouer pour accéder à l'immortalité.

Dénoue les liens, dit un texte du livre des morts égyptiens, délie les boucles de Nephtys ; ou encore : Les lumineux sont ceux qui portent la boucle.  Oh! porteurs de la boucle ! 

Dans un sens similaire, un ouvrage bouddhiste tibétain s'intitule : Livre du déroulement des nœuds.

Le nœud d'Isis indiquerait donc les conditions de l'immortalité : le déroulement des nœuds, au sens propre, le « Dénouement ».


Base Documentaire : Jean Chevalier — Alain Gheerbrant — 
Dictionnaire des symboles —



Aron O’Raney