Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Je Prie Pour Que Jamais Le Souvenir Ne S'Efface


  




Je prie  

Pour que le Cheval Noir  
Passe loin de ceux que j'aime  

Je prie  

Pour que le père garde son enfant  

Je prie  

Pour que la mère ne tremble pas quand il s'éloigne  

Je prie  

Pour que l'enfant ne saisisse pas la crinière  
Du Cheval Noir  
Et ne franchisse jamais la frontière  
Avec lui  
Qui s'en va galoper au-delà de la vie  

Je prie  

Pour que le Ciel soit rempli  
Du nom de ceux qui s'en sont allés  
Chevaucher au loin  
Se perdre comme naufragés en mer  

Je prie  

Pour que jamais leur souvenir ne s'efface  
Et que leurs traces  
Soient inscrites à jamais dans nos vies  

Je prie  

Pour qu'ils demeurent  
Pour moi qui les aimais  
Plus vivants que jamais  
Et qu'avec eux, sans fin, jusqu'à mon dernier jour  

Je prie  

Et qu'après dans la grande mer inconnue  
Nous fassions route commune  

Je prie  

Pour refuser la tentation
D'enfourcher d'un grand bond  
Le Cheval Noir
Qui passe dans mon rêve 



La prière de l'enfant — Extrait —



Martin Gray



Billet proposé par Aron O’Raney