Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Communauté Et Famille Humaine






La Communauté Globale


Alors que le XXe siècle touche à sa fin, nous constatons que le monde a rapetissé. Sa population est presque devenue une seule communauté. 

Des alliances politiques et militaires ont créé des groupes multinationaux, l’industrie et le commerce international ont engendré une économie globale. 

Les communications planétaires ont éliminé les vieilles barrières de distance, de langue et de race. 

Nous sommes aussi poussés à serrer les coudes par les graves problèmes que nous affrontons : la surpopulation, l’épuisement des ressources naturelles et la crise de l’environnement qui menace l’air, l’eau et les arbres, en même temps qu’un grand nombre de belles formes de vie qui sont le fondement même de l’existence de cette petite planète que nous partageons.

Je crois que pour relever les défis de notre temps, les êtres humains auront à développer un sens accru de responsabilité universelle.

Chacun de nous doit apprendre à travailler non pas uniquement pour lui ou pour elle, sa famille ou son pays, mais au bénéfice de toute l’humanité. 

La responsabilité universelle est la clef véritable de la survie humaine. C’est le meilleur fondement de la paix mondiale, de l’utilisation équitable des ressources naturelles et, dans le souci des générations à venir, du soin approprié à prendre de l’environnement.

Depuis un certain temps, j’ai réfléchi à la façon d’accroître notre sens de responsabilité mutuelle, ainsi que de la motivation altruiste dont il dérive. 

J’aimerais partager en quelques mots ces pensées avec vous.


La Famille Humaine


Que cela nous plaise ou non, nous sommes tous nés sur cette terre comme membres d’une même grande famille.

Riche ou pauvre, éduqué ou non, appartenant à une nation, religion et idéologie ou l’autre, finalement chacun d’entre nous n’est qu’un être humain pareil à un autre. 

Tous nous voulons le bonheur, et pas la souffrance. Plus encore, chacun d’entre nous a les mêmes droits de poursuivre ces buts.

Le monde d’aujourd’hui requiert que nous acceptions l’unicité de l’humanité. Dans le passé, des communautés isolées pouvaient se permettre de penser qu’elles étaient chacune fondamentalement différentes et qu’elles pouvaient même exister dans l’isolement total. 

Aujourd’hui cependant, des événements survenant dans un coin du monde finissent par affecter toute la planète. Si bien qu’il nous faut d’emblée traiter le moindre problème majeur local en termes globaux. 

Nous ne pouvons plus évoquer les barrières nationales, raciales ou idéologiques qui nous séparent sans répercussions destructrices. 

Dans ce contexte de nouvelle interdépendance, prendre en compte les intérêts des autres est à l’évidence la meilleure manière de servir nos propres intérêts.

J’y vois une source d’espoir. 

La nécessité de coopérer ne peut que renforcer l’humanité, car cela nous aide à reconnaître que le fondement le plus sûr du nouvel ordre mondial n’est pas simplement constitué par des alliances politiques et économiques élargies, mais réside bien davantage dans une authentique pratique individuelle de l’amour et de la compassion. 

Pour un avenir meilleur, plus heureux, plus stable et plus civilisé, chacun de nous doit développer un réel sentiment sincère de fraternité et de sororité.



Extrait de « communauté globale et nécessité de la responsabilité universelle » — BuddhaLine —



Sa Sainteté le Dalaï-Lama (1999) 



Billet proposé par Aron O’Raney