Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Apprécier La Vie







Chaque Être Humain A En Lui Une Base De Travail Qui Lui Permet D'élever Son État D'existence Et De Retrouver Pleinement L'entrain, Et Qui Est Constamment Accessible. 

Nous avons un esprit et un corps qui nous sont très précieux.

C'est parce que nous avons un esprit et un corps que nous arrivons à comprendre ce monde.

L'existence est quelque chose de merveilleux et de précieux. 

Nous ne savons pas combien de temps il nous reste à vivre ; donc, pendant que nous avons la vie, pourquoi ne pas en faire usage ? 

Et avant même d'en faire usage, pourquoi ne pas l'apprécier ? 

Comment faire pour parvenir à cette appréciation ?

Prendre ses désirs pour la réalité ou se contenter d'en parler ne mène nulle part. 

Dans la tradition Shambhala, la discipline qui permet à la fois de cultiver de la douceur envers soi-même et d'apprécier son monde est la méditation assise.

La pratique de la méditation fut enseignée par le Bouddha voilà plus de deux mille cinq cents ans, et fait partie depuis lors de la tradition Shambhala. 

Cette pratique se fonde sur une tradition orale : depuis l'époque du Bouddha, elle a été transmise d'un être humain à un autre. 

Elle est ainsi restée une tradition vivante ; bien que la pratique elle-même soit très ancienne, elle n'en demeure pas moins actuelle. 

Toutefois, si l'on veut pleinement comprendre cette pratique, il importe de se rappeler que l'instruction personnelle et directe est indispensable.

Par méditation, nous entendons ici quelque chose de fondamental et de très simple, qui n'est pas relié à une culture quelconque. 

Nous parlons d'un acte vraiment fondamental : s'assoir par terre, prendre une posture correcte et cultiver le sentiment d'avoir son propre espace, sa place sur cette terre.

C'est le moyen de se redécouvrir et de redécouvrir en soi la bonté fondamentale, le moyen de s'harmoniser avec la réalité authentique, sans aucune attente, sans aucun préjugé.

Le mot méditation sert parfois à désigner la contemplation d'un thème ou d'un objet. On parle alors de méditer sur telle ou telle chose :

en méditant sur une question ou un problème, on parvient à en trouver la solution. 

Le terme peut aussi être utilisé pour désigner la recherche d'un état d'esprit supérieur par la transe ou par les expériences d'absorption. 

Mais ici, nous parlons d'un concept de méditation tout à fait différent :

la méditation inconditionnelle, sans objet, sans aucune idée dans l'esprit.

Dans la tradition Shambhala, méditer c'est simplement éduquer son être pour que l'esprit et le corps puissent se synchroniser. 

Grâce à la pratique de la médiation, on peut apprendre à être libre de fausseté, à être pleinement authentique et pleinement en vie.



Extrait de Shambala — La Voie sacrée du Guerrier —



Chögyam Trungpa



Billet proposé par Aron O’Raney