Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Sagesse Et Mort







— XLIX —


Le sage n'a point de sentiments immuables.

Il adopte les sentiments du peuple.

Celui qui est vertueux, il le traite comme un homme vertueux, celui qui n'est pas vertueux, il le traite aussi comme un homme vertueux.

C'est là le comble de la vertu.

Celui qui est sincère, il le traite comme un homme sincère ; celui qui n'est pas sincère, il le traite aussi comme un homme sincère.

C'est là le comble de la sincérité.

Le sage vivant dans le monde reste calme et tranquille, et conserve les mêmes sentiments pour tous.

Les cent familles attachent sur lui leurs oreilles et leurs yeux.

Le sage regarde le peuple comme un enfant. 


— L —


L'homme sort de la vie pour entrer dans la mort.

Il y a treize causes de vie et treize causes de mort.

À peine est-il né que ces treize causes de mort l'entrainent rapidement au trépas.

Quelle en est la raison ? 

C'est qu'il veut vivre avec trop d'intensité.

Or j'ai appris que celui qui sait gouverner sa vie ne craint sur sa route ni le rhinocéros ni le tigre.

S'il entre dans une armée, il n'a besoin ni de cuirasse ni d'armes.

Le rhinocéros ne saurait où le frapper de sa corne, le tigre où le déchirer de ses ongles, le soldat où le percer de son glaive.

Quelle en est la cause ?

Il est à l'abri de la mort !



La Voie Du Tao, Livre II — XLIX, L, — P 43,44



Billet proposé par Aron O’Raney