Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Bonheur Et Discipline Mentale




Dalai-Lama -Tibet 1989 -


Si le bonheur tient au simple fait de cultiver des états mentaux plus positifs, pourquoi y a-t-il tant de gens malheureux ? 


— Atteindre le bonheur authentique exige de transformer à la fois le regard que l'on porte sur le monde et sa manière de penser, ce qui n'est pas simple. Cela requiert quantité de conditions. 

C'est pourquoi il faut renoncer à l'idée d'une clé unique, d'un secret, sur lesquels il suffirait de mettre la main pour que tout aille au mieux. 

Le corps n'a-t-il pas besoin d'une gamme complète de vitamines et d'agents nutritifs ? Il en va de même pour le bonheur : pour surmonter des états mentaux négatifs et complexes, il faut accomplir toute une série de démarches et recourir à toutes sortes de méthodes. 

Il ne suffit pas de réfléchir à une ou deux notions ou de pratiquer une technique donnée. 

— Changer prend du temps. Rien que physiquement. Si l'on part vivre sous un autre climat, le corps a besoin de s'adapter à ce nouvel environnement. 

Pareillement, transformer l'esprit demande du temps. Il y a pléthore de travers mentaux. Pour les neutraliser, il faut les circonscrire un à un. 

Ce n'est pas chose facile. Cela demande d'avoir la patience de se familiariser avec des pratiques que l'on va devoir répéter à maintes reprises.  

C'est un véritable processus d'apprentissage. 

— Cela étant, je pense vraiment que les changements positifs dépendent pour beaucoup d'une question de durée. C'est pourquoi, tous les jours, on commencera par se motiver, par se dire, en toute sincérité : « Je ne vais pas gâcher cette journée. Je vais l'employer de manière plus positive. » 

Et le soir, avant de se coucher, on se livrera à un petit examen de conscience : « Ai-je vécu cette journée comme je l'avais prévu ? » Si elle s'est déroulée conformément à nos vœux, il convient de s'en réjouir. 

Si elle s'est mal passée, il importe de regretter et de savoir critiquer ses actes. C'est grâce à des méthodes de ce genre que l'on mettra petit à petit l'accent sur les aspects positifs de l'esprit. 

— Voyez : je suis moine, je crois dans le bouddhisme et, sur la foi de ma propre expérience, je sais à quel point ces pratiques me sont salutaires. Néanmoins, par la force de l'habitude, certaines colères, certains traits de caractère passionnels remontant à plusieurs vies antérieures peuvent me rattraper. 

Face à ce risque, en premier lieu, j'intègre toute la valeur positive de ces pratiques bouddhistes, ensuite je renforce ma détermination, et enfin je tâche de mettre ces pratiques à exécution. Au début, elles produisent des effets infimes, et les influences négatives sont encore très puissantes. 

Par la suite, à force de pratique, la négativité s'estompe pour ainsi dire automatiquement. À telle enseigne que la pratique du Dharma est une bataille intérieure permanente, dans laquelle on remplace les habitudes négatives par un nouveau conditionnement positif. 

— Toute activité, toute pratique se trouvent facilitées par un exercice constant et régulier susceptible d'apporter changement et transformation. 

Pour rester serein devant les événements perturbants, la pratique bouddhiste propose diverses méthodes grâce auxquelles on finit par franchir un seuil : passé ce seuil, en cas de perturbation, les effets négatifs sur l'esprit resteront superficiels, comme les vagues qui rident la surface de l'océan sans remuer les eaux en profondeur. 

Et, malgré toutes les limites de ma propre expérience, j'ai pu le vérifier dans ma modeste pratique personnelle. Ainsi, quand je reçois des nouvelles tragiques, je peux connaître une période de trouble, mais cela passe vite. 

Ou bien je vais m'irriter et me mettre en colère, mais, là encore, cela se dissipe rapidement. Cela n'entame pas mon esprit. J'ignore la haine. 

J'y suis parvenu grâce à une pratique progressive, ce n'est pas arrivé du jour au lendemain. 

Exercer l'esprit de façon systématique afin de cultiver le bonheur ? 

Ce sont la structure et la fonction mêmes de notre cerveau qui rendent la chose possible. Nous sommes nés avec des schémas de comportement inscrits génétiquement. Au plan mental, émotionnel et physique, nous sommes prédisposés à réagir à notre environnement, ce qui nous rend aptes à la survie. 

Ces séries d'instructions sont encodées dans d'innombrables circuits qui se déclenchent en réaction à un événement ou une pensée donnés. Mais les connexions du cerveau ne sont pas statiques, pas fixées de manière irrévocable. 

Notre cerveau, lui aussi, s'adapte. 

Les neurologues ont établi qu'il est capable, en réaction à des données nouvelles, de concevoir de nouveaux schémas, de nouvelles combinaisons de neurotransmetteurs (ces substances chimiques qui transmettent les messages entre cellules nerveuses). 

En fait, notre encéphale est malléable, sans cesse en train de se modifier, de reconfigurer ses connexions en fonction d'expériences et d'idées inédites. 

Et, fruit de l'apprentissage, la fonction individuelle des neurones se transforme elle aussi, ce qui leur permet de mieux convoyer les signaux électriques. 

Les scientifiques appellent cette capacité de changement inhérente au cerveau sa « plasticité ». 

Cette disposition remarquable de l'encéphale humain constitue la base physiologique des possibilités de transformation de l'esprit. 

En mobilisant nos pensées grâce à de nouveaux modes de réflexion, nous sommes capables de changer la manière de travailler du cerveau. 

Ce qui est également à la base de l'idée que la transformation intérieure débute par l'apprentissage « avec l'apport de nouvelles données ». 

Enfin, elle suppose d'avoir la discipline pour remplacer graduellement le « conditionnement négatif » qui correspond aux schémas existants d'activation des cellules nerveuses, par un « conditionnement positif », c’est-à-dire la formation de nouveaux circuits. 

Voilà comment l'idée d'exercer l'esprit au bonheur revêt une réalité tangible. 



L’Art Du Bonheur — Extrait des entretiens (1982) entre le Dalaï-Lama et Howard Cutler — Psychiatre et neurologue



Billet proposé par Aron O’Raney