Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Sois Sans Crainte, Zacharie...





Sois Sans Crainte, Zacharie, Car Ta Supplication A Été Entendue

C'est la prière et non le désir sexuel qui a fait concevoir Jean Baptiste.

Le sein d'Élisabeth avait passé l'âge de donner la vie, son corps avait perdu l'espoir de concevoir ;

malgré ces conditions de désespérance, la prière de Zacharie a permis à ce corps vieilli de germer encore :

La grâce et non la nature a conçu Jean.

Il ne pouvait être que saint, ce fils dont la naissance provient moins de l'étreinte que de la prière.


Cependant nous ne devons pas nous étonner que Jean ait mérité une naissance si glorieuse.

La naissance du précurseur du Christ, de celui qui lui ouvre la voie, devait présenter une ressemblance avec celle du Seigneur notre Sauveur.

Si donc le Seigneur est né d'une vierge, Jean a été conçu par une femme âgée et stérile...

Nous n'en admirons pas moins Élisabeth qui a conçu dans sa vieillesse, tout comme Marie a enfanté dans la virginité.


Il y a là, je pense, un symbole : Jean représentait l'Ancien Testament, il est né du sang déjà refroidi d'une vieille femme,

Tandis que le Seigneur, qui annonce la Bonne Nouvelle du Royaume des cieux, est le fruit d'une jeunesse pleine de sève.

Marie, consciente de sa virginité, admire l'enfant lové dans ses entrailles.

Élisabeth, consciente de sa vieillesse, rougit de son ventre alourdi par sa grossesse ; l'évangéliste dit, en effet :

« Elle se tenait cachée cinq mois durant ».

Il nous faut admirer aussi que le même archange Gabriel annonce les deux naissances :

il apporte une consolation à Zacharie, qui reste incrédule ;

il vient encourager Marie, qu'il trouve confiante (Lc 1,26 s).

Le premier, pour avoir douté, a perdu sa voix ;

la deuxième, pour avoir cru aussitôt, a conçu le Verbe Sauveur.


Saint Maxime de Turin (? — v. 420), évêque Sermon 5 ; PL 57, 863 (trad. coll. Pères dans la foi No 65, Migne 1996, p. 164 rev.)




Billet proposé par Aron O’Raney