Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Ma Bien-Aimée Se Reveille








Qu’avons-nous besoin du souvenir
le Carmel est en nous

et sur nos paupières, pousse l’herbe de Galilée

Ne dis pas : 
Que ne courions-nous comme un fleuve pour le rejoindre

nous sommes dans la chair de notre pays
il est en nous


nous n’étions pas avant Juin des nouveau-nés
c’est pourquoi notre passion

ne s’est pas émietté dans les chaînes

Cela fait vingt ans, ô ma sœur, 
que nous n’écrivons pas de poèmes

mais que nous combattons


cette ombre qui se noie dans tes yeux
est un diable divin

venu de Juin

pour ceindre de soleil tous les fronts
C’est le teint d’un martyr

le goût d’une prière

Elle fait mourir ou ressusciter
Doux dilemme !


le nuage d’été que la défaite porte sur son dos
a suspendu l’engeance des rois

sur la corde des mirages

Et je suis l’assassiné, 
le ressuscité dans la nuit de la cime

Voilà que mes racines
s'affermissent dans la terre


Voici venir le moment
où je dois traduire les paroles en actes

Voici venir le moment
où je dois prouver mon amour

à la terre et aux alouettes
En ces temps, 

la trique massacre la guitare et moi
je pâlis dans le miroir

depuis qu’un arbre s’est levé derrière moi



Chroniques de la douleur palestinienne
Traduction de Saloua Ben Abda et Hassan Chami — 



Mahmoud Darwich —




Billet proposé par Aron O’Raney