Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Le Grand Prieuré Des Gaules





Le Grand Prieuré des Gaules « G P D G » est une organisation maçonnique et chevaleresque, fondée le 25 mars 1935.

Son principe fondateur est la Foi en Dieu, ses membres professent la religion chrétienne, ils portent partout où ils se trouvent son message.

Sa mission spirituelle est de permettre à l’Homme, par l'initiation maçonnique, de retrouver sa nature originelle divine par une réalisation personnelle maçonnique, puis chevaleresque.

L’Initiation maçonnique, par sa doctrine, par le travail symbolique et par la pratique quotidienne des vertus, procure à ceux qui la reçoivent les moyens de retrouver cette dimension divine primitive.

La Voie chevaleresque fait de ceux qui s’y engagent des Chevaliers du Christ au service des hommes pour faire régner la justice.

Depuis le début de l’an 2000, le « G P D G » a complété sa dénomination officielle d'une double titulature :

Ordre des francs-maçons chrétiens de France
Ordre des chevaliers maçons chrétiens de France
Lors de son assemblée annuelle de la Saint-Michel, le 24 septembre 2011, le Grand Prieuré des Gaules a réveillé officiellement sa Grande Loge qui avait été constituée en octobre 1935 et mise en sommeil en 1958, sous la dénomination de « Grande Loge Réunie et Rectifiée de France ».


Histoire

Le Grand Prieuré des Gaules, l’une des plus anciennes institutions maçonniques françaises de par l’héritage des IIe, IIIe et Ve Provinces des Directoires rectifiés du XVIIIe siècle (1773-1774) dont il est le dépositaire, par ailleurs conservateur, et gardien des principes de la réforme de la Stricte Observance en 1778 lors du Convent des Gaules, entérinée et adoptée à Wilhelmsbad en 1782, est une Obédience qui fut créée le 25 mars 1935 par les soins du Grand Prieuré Indépendant d'Helvétie et de par la volonté de Frères du Grand Orient de France sous la conduite de '''Camille Savoire''' (1869-1951) qui fut Grand Commandeur du Grand Collège des Rites de 1923 à 1935, de réveiller entièrement et dans l'ensemble de ses différentes classes maçonniques et chevaleresques, le Régime Ecossais Rectifié.

Comme il était logique, afin de pouvoir travailler le Rite, et en conformité avec l’esprit et la lettre du Code de 1778 stipulant qu’à un Grand Prieuré gérant les grades de l’Ordre Intérieur doit être adjoint une Grande Loge du Régime, le 24 octobre 1935 –

Alors que le Grand Directoire des Gaules et le Grand Prieuré d’Helvétie avaient conclu un « Traité d’Amitié et de Reconnaissance » signé à Genève le 5 juillet 1935 et à Paris le 25 juillet, Traité par lequel, reprenant les termes de la Patente du réveil du Régime du 20 mars 1935, les deux Puissances contractantes se reconnaissaient comme

« seules et uniques Puissances Souveraines du Régime Écossais Rectifié dans leurs pays respectifs et n’admettaient comme ateliers réguliers du Régime Rectifié que ceux constitués en France par le Grand Directoire des Gaules, et en Suisse que ceux relevant directement du Grand Prieuré Indépendant d’Helvétie »


Camille Savoire, en tant que Grand Prieur du GPDG, créait officiellement la Grande Loge Écossaise Rectifié. Ainsi, le Grand Prieuré des Gaules travailla donc en tant que Grande Loge du Régime Ecossais Rectifié jusqu'en 1958, date à laquelle il se lia par une Convention signée avec la Grande Loge nationale française.

Cette Convention, dénoncée fautivement et unilatéralement par la GLNF le 13 juin 2000, fit que le Grand Prieuré des Gaules reprit son entière indépendance lui permettant ainsi de pouvoir pratiquer de la manière la plus fidèle possible le Régime écossais rectifié dont il est l'héritier direct.

A signaler que si jusqu'au début des années 1990, le GPDG avait été uniquement centré sur le Rite Ecossais Rectifié, qui est et demeure évidemment sa raison d'être première, le 12 septembre 1992, conscient de la vocation particulière du Régime Écossais Rectifié à réunir et rassembler toute la famille chrétienne, et dans le cadre de sa politique d’ouverture en direction de la franc-maçonnerie de tradition et notamment sa volonté d’union avec les Grades Chevaleresques pratiqués en Europe, le Grand Prieuré des Gaules recevait du Grand Prieuré d'Angleterre et Galles, le Grade maçonnique de Chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, Palestine, Rhodes et Malte, plus connu sous le nom de Chevalier de Malte.

De même, en 1995, le Grand Prieuré des Gaules qui conservait en mémoire le respect qu’avait toujours manifesté Jean-Baptiste Willermoz à l’égard du quatrième Ordre du Rite Français ou Souverain Prince Rose+Croix, acceptait une Patente des Pays-Bas, unique pays dans le monde a pratiquer régulièrement les Hauts Grades du Rite Français, ceci le conduisant à la création en 1997 en son sein d’un Grand Chapitre Général des Hauts Grades du Rite Français, de manière à transmettre aux Frères rectifiés le souhaitant, le 4e Ordre du Rite Français, ceci en conformité avec une disposition du Code Maçonnique des Loges Écossaises Réunies et Rectifiées de 1778 en son Chapitre X.

Aujourd'hui

Actuellement, le GPDG propose à ses membres trois voies maçonniques et chevaleresques (Rite Ecossais Rectifié, Rite standard d'Écosse, Rite Français), et est en relation d'amitié et de travail avec la Société des Indépendants, ordre martiniste fondé en 2003.

La mission que le GPDG se donne « est de permettre à l’Homme par l'initiation maçonnique de retrouver sa nature originelle divine par une réalisation personnelle maçonnique, puis chevaleresque ».

Le GPDG est dirigé par un Grand Maître national assisté par un Grand Maître adjoint et conseillé par un Conseil national (grand maître adjoint, grand chancelier, grand trésorier, grand aumônier, trois visiteurs nationaux, trois chefs d'ordre représentant les trois rites constitutifs)

Ses trois rites constitutifs sont :

– Le Rite Ecossais Rectifié est composé de la classe maçonnique (Apprenti, Compagnon, Maître et Maître écossais de Saint André) dirigée par un Député Maître des loges rectifiées et d'un Ordre intérieur (Ecuyer Novice et Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte) dirigé par un Grand Prieur.

Le Régime Rectifié s'est structuré géographiquement autour des trois provinces françaises historiques (II-Auvergne, III-Occitanie et V-Bourgogne). Les Provinces se structurent autour des Régences écossaises pour la classe maçonnique et autour des Préfectures pour l'Ordre intérieur. Chaque Régence regroupant les loges (de Saint-Jean et de Saint André) et chaque Préfecture regroupant les commanderies.
– Le « Rite standard d'Écosse », dénommé « Rite Écossais » au sein du Grand Prieuré des Gaules, est le rite pratiqué par les loges maçonniques en Ecosse. Il est complété par les loges de la Marque et les Chapitres de l'Arche Royale (Royal Arch) puis par « l’Ordre maçonnique et militaire du Temple et de Saint – Jean de Jérusalem, Palestine, Rhodes & Malte » qui pratique les degrés de Chevalier du Temple (Knight Templar) et Chevalier de Malte (Knight of Malta).
– Le Rite Français en vigueur au GPDG est le rite pratiqué par le GODF jusqu'à la fin du XVIIIe siècle et qui correspond, dans ses trois grades symboliques, au rite de la première grande loge historique, celle créée à Londres en 1717 et également connue sous la qualification de « Grande Loge des Modernes ».

Cette classe symbolique est complétée par 4 ordres qui culminent en un grade longtemps qualifié de « nec plus ultra » de la Franc-maçonnerie : le Souverain Prince Rose Croix.
Dès 2000, le GPDG a établi des relations fraternelles avec la Loge nationale française et le Grand Orient de France.

Par la suite, le GPDG contribuera à la fondation du Grand Prieuré d'Hispanie avec qui il entretient les plus fraternelles relations.

Le GPDG édite depuis 1970 une revue annuelle, Les Cahiers verts, qui est désormais ouverte au grand public

Les Obédiences Traditionnelles




Né en France, le Rite Écossais Rectifié y a été conservé et continue à y être pratiqué dans sa pureté et son intégrité originelles sous l’égide de plusieurs Grands Prieurés, dont le Grand Prieuré des Gaules, juridiction indépendante et souveraine.

Il conserve les rituels dans leur intégralité, de même que la Constitution d'origine :

Le Code maçonnique des loges réunies & rectifiées de France et Code général des règlements de l’Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte (C.B.C.S.) de 1778.

Il pratique de façon originelle et authentique, en Régime donc et entre autres le Rite Écossais Rectifié.

Le Grand Prieuré des Gaules n’est pas, au sens précis du terme, un Grand Prieuré templier.

C’est un Grand Prieuré de Rite Écossais Rectifié.

Cependant, conformément à la volonté formelle de ses fondateurs, il affirme une filiation spirituelle avec l’Ordre du Temple médiéval.

Histoire du Grand Prieuré des Gaules

Le Grand Prieuré des Gaules (GPDG), organisme inter obédientiel chargé d’administrer le Rite Écossais Rectifié, fut créé en France en 1935 par le Grand Prieuré Indépendant d’Helvétie. Une Grande Loge Rectifiée dépendant directement du GPDG fut également créée. Cette Grande Loge pratiquait le RER dans son acceptation la plus complète, à savoir que ses Loges Bleues comprenaient les 4 degrés symboliques du RER : Apprenti, Compagnon, Maître et Maître Écossais de St André. Des Frères de la Grande Loge Rectifiée, de la Grande Loge de France et de la Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière s’y retrouvaient pour pratiquer le RER.

En 1958, le Grand Prieuré fût contraint de se rattacher à la Grande Loge Nationale Française. Les Loges de la Grande Loge Rectifiée furent absorbées par la GLNF. Des Loges de Saint André furent créées pour les Frères possédant le 4e degré symbolique. Le rôle du Grand Prieuré des Gaules fut dès lors limité à l’administration du Rite à partir du 4e degré. Les Frères du GPDG appartenant à d’autres obédiences durent créer un autre Grand Prieuré.


Le Grand Prieuré des Gaules n’a jamais vraiment admis les contraintes imposées par la GLNF. Il chercha petit à petit à reprendre le contrôle des Loges Bleues rectifiées de la GLNF.
En mai 2000, le Grand Prieuré des Gaules se détacha de la GLNF afin de redonner au RER ses lettres de noblesse. Nombre de Frères fidèles au RER suivirent le GPDG (environ 50 Loges). Depuis, la GLNF a interdit à ses membres pratiquant le RER de fréquenter le GPDG.

Depuis cette période, le Grand Prieuré des Gaules en tant qu'obédience maçonnique indépendante, a intégré en son sein d'autres rites. Il pratique désormais :

– Le Rite Écossais Rectifié
– Le Rite Français
– Le Rite Écossais
Remarquons qu'il a également créé une structure Martiniste : Les Indépendants.

Principes du Grand Prieuré des Gaules

Le Régime Écossais Rectifié a pour but de maintenir et de fortifier, non seulement dans l’Ordre Intérieur, mais aussi dans les Loges maçonniques, les principes qui sont à sa base :

– La fidélité à la religion chrétienne, fondée sur la foi en la Sainte Trinité,

– L’attachement aux principes et traditions, tant maçonniques que chevaleresques, du Régime, se traduisant par l’approfondissement de la foi chrétienne et l’étude de la doctrine ésotérique chrétienne, enseignée dans l’Ordre,

– Le perfectionnement de soi-même par la pratique des vertus chrétiennes afin de vaincre ses passions, corriger ses défauts et progresser dans la voie de la réalisation spirituelle,

– Le dévouement à la patrie et le service d’autrui,

– La pratique constante d’une bienfaisance active et éclairée envers tous les hommes , quelles que soient leur race, leur nationalité, leur situation, leur religion et leurs opinions politiques ou philosophiques.

La réalisation spirituelle que le Régime Écossais Rectifié propose comme but à chacun de ses membres, en lui en fournissant les moyens, c’est de redevenir homme véritable, temple de Dieu, Un en trois Personnes.




Source : http://www.gpdg.org
Texte Proposé par Aron O’Raney