Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Force Et Liberté, Vous Êtes Libre Et Vivant...





  
Le calme est la base de la compréhension et de la perception juste.

Le calme est force.

Si nous voulons nous détacher et retrouver notre calme, il nous faut apprendre à voir les choses telles qu'elles sont. Les arbres, la montagne, le vent, les oiseaux... tout ce qui est veut se refléter en nous.

Pour trouver la vérité, il n'est pas nécessaire d'aller la chercher. Il nous suffit d'être calme et les choses se révéleront d'elles-mêmes sur l'eau tranquille de notre cœur.

« Vivifiante, la lune du Bouddha Voyage dans le ciel d'un vide absolu. Si le lac de l'esprit est calme La belle Lune s'y reflétera. »

« J'inspire, et je me vois espace. J'expire, et je me sens libre. Espace Et Libre. »

Lorsque vous arrangez des fleurs dans un vase, deux ou trois fleurs suffisent. Si vous laissez assez d'espace entre chacune d'elles, elles pourront se révéler dans toute leur beauté et leur fraîcheur.

Comme les fleurs, nous avons nous aussi besoin d'espace pour être, heureux. Le détachement et le calme nous offrent un espace plus vaste, à l'intérieur et à l'extérieur de nous.

Cet espace, nous pouvons aussi l'offrir à ceux que nous aimons. Nous avons besoin de nous détacher de nos problèmes, de nos difficultés, de nos soucis et de nos regrets, et de créer de l'espace autour de nous.

L'espace est liberté.

Un jour, dans une forêt près de la ville de Vaisali, le Bouddha était assis en compagnie d’une trentaine de moines.

C’était le début de l’après-midi, et ils s’apprêtaient à entendre un discours sur le Dharma lorsqu’un fermier s’approcha, l’air bouleversé.

Il leur expliqua que douze de ses vaches s’étaient échappées et demanda au Bouddha et aux moines s’ils ne les avaient pas aperçues.
Puis il ajouta qu’une partie de ses plantations de sésame avait été dévastée par les insectes, et dit : « Moines, je crois que je vais mourir. Je suis la personne la plus malheureuse au monde. »

Le Bouddha lui répondit : « Nous n'avons pas vu vos vaches. Essayez de chercher dans l'autre direction. »

Puis, une fois l'homme parti, il se tourna vers ses moines et leur dit : « Mes amis, vous avez beaucoup de chance, vous ne possédez aucune vache. »

Méditer, c'est laisser partir nos vaches quand elles sont trop nombreuses en nous ou autour de nous.

Sans espace, nous ne pouvons pas être heureux.

Nous croyons que tous nos projets et que toutes les choses qui nous préoccupent sont indispensables à notre bonheur. Mais nous nous trompons.

Plus nous libérerons de vaches, plus nous serons heureux.

« Vivifiante, la lune du Bouddha voyage dans le ciel d'un vide absolu. » Ces vers donnent l'image d'une personne qui vit dans l'espace et la liberté.

Nous pouvons faire tout ce que nous voulons librement — marcher, prendre le thé, discuter. Nous n'avons pas besoin d'être sous pression. Nous pouvons limiter le nombre de nos projets et les réaliser dans la joie et la sérénité.

Nous avons le pouvoir de ne pas nous laisser entraîner par nos vaches.

Notre liberté et notre bonheur sont trop importants pour être ainsi sacrifiés.

Nous devons arrêter de nous détruire corps et âme au nom d’un bonheur à venir. Apprenons à vivre l’instant présent dans la joie et à toucher la paix et le bonheur qui sont accessibles aujourd’hui.

Si l’on nous demandait : « Avez-vous déjà vécu le plus beau moment de votre vie ? », nous répondrions sans doute : « Pas encore, mais cela ne saurait tarder. »
Mais si nous continuons à vivre et à penser ainsi, il se pourrait que ce moment n’arrive jamais.

Nous devons faire de chaque instant le plus merveilleux instant qui soit et, pour y arriver, il nous faut arrêter :

Arrêter de courir après l'avenir, de nous préoccuper du passé, en somme arrêter d'accumuler les vaches.

Vous êtes libre. Vous êtes vivant.

Ouvrez les yeux et appréciez autour de vous la beauté du Soleil, du Ciel et des enfants.

La respiration consciente vous aide à devenir ce qu'il y a de meilleur en vous —

Calme, Vivifié, Solide, Libre Et Clair, Capable D'apprécier L'instant Présent Et D'y Voir Le Plus Beau De Votre Vie.


Extraits de « La Plénitude de l’instant » — Ch II, 24,27 —


Thich Nhat Hanh
Billet proposé par Aron O’Raney