Ici-bas

Comme Le Torrent Se précipite Vers La Mer, Comme Le Soleil Et La Lune Glissent Par Delà Les Montagnes Du Couchant, Comme les Jours Et Les Nuits Les Heures Et Les Instants S'enfuient, La Vie Humaine S'écoule Inexorablement. Padmasambhava (VIIIe Siècle)

Cherche L'Unique






Cherche-le,
et écoute-le premièrement dans ton propre cœur.


Tu commenceras peut-être par dire : « Il n'est pas là ;
en le cherchant, Je ne trouve que dissonances ».


Cherche plus profondément.


Si de nouveau tu es déçu,
arrête-toi, puis cherche plus profondément encore.


Il y a une mélodie naturelle,
une source obscure dans tout cœur humain.


Elle peut être recouverte,
entièrement cachée et étouffée : Mais elle s'y trouve.


À la base même de ta nature,
tu trouveras la foi, l'espérance et l'amour.


Celui qui choisit le mal
refuse de regarder en lui-même

et ferme l'oreille à la mélodie de son cœur,

Comme il ferme les yeux à la lumière de son âme.


Il agit ainsi parce qu'il trouve plus commode
de vivre au gré de ses désirs.


Mais au-dessous de toute vie,
passe le courant impétueux qui ne peut être arrêté ;

les grandes eaux sont là, en vérité.


Découvre-les et tu percevras que tout en fait partie

— tout,

jusqu'à la créature la plus misérable,

Quelque persistance qu'elle mette à s'aveugler

volontairement sur ce point et à revêtir un masque fantomatique d'horreur.


C'est dans ce sens que je te dis :
Tous les êtres vivants parmi lesquels tu combats

sont des fragments du Divin.


Et si trompeuse est l'illusion dans laquelle tu vis,
qu'il est difficile de deviner

où tu commenceras à distinguer
la douce voix dans le cœur des autres.


Mais sache qu'elle est certainement en toi-même.


C'est là qu'il te faut la chercher
et une fois que tu l'auras entendue,

Tu la reconnaîtras plus facilement ailleurs.




La Lumiére Sur Le sentier — II - 48,49 — Note II —
Traité sur la Sagesse Orientale —




Billet proposé par Aron O’Raney